Concert #9 > “Quelque chose hors du commun”, les messes retrouvées de Jehan Titelouze

© J.Lescene

Il nous manquait un poète-musicien pour faire chanter l’orgue de l’église de Lanvellec et c’est en la personne même du père de l’orgue français que nous l’avons trouvé : Jehan Titelouze, un compositeur contemporain de Frescobaldi, Scheidt, Byrd ou encore de Sweelinck. L’ensemble Les Meslanges de Thomas Van Essen nous fera entendre les plus beaux extraits des messes retrouvées en 2016. Celles-ci magnifient la polyphonie sacrée de la fin de la Renaissance tout en étant au fait des nouvelles recherches et modernités expressives de l’Italie baroque. François Ménissier quant à lui interprétera les pièces de ce compositeur sur l’orgue Robert Dallam (1653).

Video

Distribution

François Ménissier : grand orgue
Perrine Devillers : sexta pars
Esther Labourdette : cantus
Raphael Mas : quinta pars
Damien Rivière : tenor
Vincent Lièvre-Picard : tenor
Thomas Van Essen, Florent Baffi : bassus
Eva Godard, Sarah Dubus : cornets à bouquin
Krzysztof Lewandowski : cornet, tenor et dulciane
Christiane Bopp, Arnaud Brétécher : sacqueboutes
Volny Hostiou : serpent

Thomas Van Essen & Volny Hostiou : direction musicale

Programme

Jehan Titelouze (vers 1563 – 1633)
Hymne Pange Lingua (Hymnes de l’Eglise pour toucher sur l’orgue , 1623).
Alternance Grand orgue / Plain chant / Faux bourdons  de Jean de Bournonville (vers. 1585 – 1632) ( Ballard, Octo Cantica […] Cum Hymnis […], 1612-1625).

Eustache Du Caurroy (1549 – 1609)
Trentequastrieme Fantaisie. A l’imitation de Pange lingua. A cinq. (Fantaisies à III.IV & VI parties, 1610)

Jehan Titelouze
Missa In Ecclesia (Ballard, 1626) à quatre parties
Kyrie – Gloria –  Credo – Orgue : Hymne Annue Christe (dernier verset)
Sanctus – Agnus Dei

Jehan Titelouze
Magnificat […] pour toucher sur l’orgue (Ballard , 1626)

Jean de Bournonville (vers 1585-1632)
Octo Cantica Divae Mariae Virginis (Ballard, 1614).
Orgue /voix & instruments en alternance

Jehan Titelouze
Missa Cantate (Ballard, 1626) à six parties.
Kyrie – Gloria – Credo –

Charles Raquet (vers 1598-1664)
Fantaisie sur Regina Coeli
Sanctus – Agnus Dei

Note d’intention

Fin novembre 2016, le musicologue Laurent Guillo découvre dans la bibliothèque de l’Institut Catholique de Paris un recueil de vingt-cinq messes polyphoniques de la fin du 16e siècle et du début du 17e.
Parmi ces œuvres oubliées figurent les quatre messes de Jehan Titelouze (Saint-Omer vers 1563 – Rouen 1633), qui fut très longtemps organiste de la Cathédrale de Rouen et considéré comme le fondateur de l’Ecole Française de l’Orgue.
L’ensemble Les Meslanges remarqué ces dernières années pour son approche originale de la musique française du 17e siècle vous invite à partager cette découverte majeure dans un programme de concert inédit et passionnant.
Jehan Titelouze laisse l’image d’un expert en facture d’orgues, habile improvisateur, poète à ses heures et en contact avec les théoriciens de son temps tel Marin Mersenne. De cet artiste complet on ne connaissait que deux livres publiés à Paris : les Hymnes de l’Eglise pour toucher sur l’orgue, avec les fugues et recherches sur leur plain-chant en 1623 et Le Magnificat, ou cantique de la Vierge pour toucher sur l’orgue, suivant les huit tons de l’Église de 1626, œuvres qui sont les pierres de fondation de l’Ecole Française de l’Orgue, tant par leur qualité intrinsèque que par leur isolement : rien de similaire ne sera publié avant les années 1660. Leur écriture se fonde sur la pratique alternatim : un verset chanté par le chœur, un verset à l’orgue écrit sur le même plain-chant. Titelouze y emploie des motifs fugués, des basses en notes longues sur lesquelles se déploie une polyphonie florissante, à la texture encore modale, bien convenable aux tempéraments inégaux et aux jeux bien timbrés, qui révèle un talent de compositeur affirmé et sûr. La découverte de quatre messes de Jehan Titelouze imprimées en 1626 vient élargir considérablement le répertoire de ce maître. L’ensemble Les Meslanges, sous la direction de Thomas Van Essen et Volny Hostiou, a entrepris de les recréer pour la première fois depuis plusieurs siècles. Ce sont maintenant les voix et les instruments qui vont exprimer la musique de ce compositeur, jusqu’ici entièrement réservée à l’orgue. Les deux messes au programme de ce concert, Missa In ecclesia à quatre voix, Missa Cantate à six voix, magnifient la polyphonie sacrée de la fin de la Renaissance tout en étant au fait des nouvelles recherches et modernités expressives de l’Italie baroque.

Ensemble Les Meslanges

L’ensemble Les Meslanges créé par Thomas Van Essen réunit des chanteurs solistes et instrumentistes passionnés par la diversité musicale qu’offre la musique ancienne.
À la source de la démarche musicale de l’ensemble figure l’envie de placer la musique dans son contexte, d’où une « mise en correspondances » avec les arts et les textes de l’époque. Diverses formules sont adoptées : « concert conté », lectures vivantes de textes ou composition littéraires pour faire un lien avec les musiques, recours à des éléments de décor invitent le public à la musique.
Depuis 2004, l’ensemble dialogue avec des organistes comme François Ménissier et Jean-Luc Ho pour des programmes alternant pièces d’orgue, plain-chant en faux-bourdon avec serpent.
Les Meslanges se produisent régulièrement en Normandie : Rouen, Caen, Septembre Musical de l’Orne, L’Eure Poétique et Musicale… Ils ont également été invités dans les festivals Sinfonia en Périgord, Festival Baroque de Pontoise, Les Riches Heures de La Réole, deux fois au Festival de Musique Ancienne de Ribeauvillé, Valloire Baroque, Musiques à la Chabotterie, et en Ecosse (Edimbourg)… En 2017 et 2018, l’ensemble est invité par les festivals de Saint Michel-en-Thiérache, La Chaise-Dieu, l’Académie Bach et par le festival international de Musique Ancienne d’Utrecht avec Pour les Festes Solemnelles, programme concocté avec l’organiste Jean-Luc Ho pour le 350e anniversaire de la naissance de François Couperin.
L’ensemble a enregistré plusieurs disques, le dernier étant pour le Label PSALMUS « Pour une Cathédrale… » autour de l’œuvre d’orgue de Jehan Titelouze et de la musique française de la première moitié du 17e siècle. Ce disque vient d’être salué par la presse de ces dernières semaines : France Musique “Coup de cœur», Diapason “5 Diapasons” : Réalisation éclairante et splendide….Van Essen et sa troupe font sonner une musique du verbe, magnifiant les mots par la forme comme par le sens, Classica 4 étoiles: “une danse de l’esprit et des sens”.

L’ensemble Les Meslanges est soutenu par le Ministère de la Culture -DRAC de Normandie – au titre de l’Aide au Projet, par la Ville de Rouen et par la Région Normandie. Il est membre de la FEVIS – Fédération des Ensembles Vocaux et Instrumentaux Spécialisés- du syndicat PROFEDIM et du Groupement d’Employeurs Solstice.

En savoir plus : facebook – site web

Volny Hostiou, direction musicale et serpent

Titulaire d’un premier prix de saxhorn du CNSM de Paris, il enseigne le tuba, le serpent et dirige les ensembles de cuivres et la classe de musique de chambre du département de musique ancienne au C.R.R. de Rouen.
Il a étudié le serpent avec Michel Godard au CNSM de Paris avant de suivre l’enseignement de Jean Tubery au serpent et à la basse de cornet à bouquin. Dans une volonté de développement de l’usage du serpent, il poursuit des recherches organologiques et musicales et obtient une Maîtrise puis un DEA de Musicologie à l’Université de Paris IV-Sorbonne. Il participe à des colloques en Europe et est l’auteur de publications sur le serpent et l’usage des instruments dans la musique d’église en France. Il se produit régulièrement et enregistre avec divers ensembles de musique ancienne : La Fenice, Sagittarius, Le Centre de musique Baroque de Versailles, Les Passions, Les Meslanges… C’est avec ce dernier ensemble qu’il conçoit avec François Ménissier le disque Le Serpent Imaginaire 1550-1650 pour Hybrid’music.
Organisateur du colloque Le serpent sans sornettes aux Invalides, il poursuit de nombreux projets en lien avec le Musée de la Musique de Paris.

Thomas Van Essen, direction et baryton.

Chercheur, flûtiste et chanteur, Thomas Van Essen est passionné par la musique ancienne. Il se consacre d’abord à l’Histoire et à la Musicologie à Rouen puis à Paris-IV Sorbonne. Il soutient un D.E.A. à Paris IV Sorbonne, écrit des articles sur la musique instrumentale de M.A. Charpentier, participe à des colloques. De même, il étudie la flûte à bec avec Hugo Reyne et Sébastien Marq. Au Conservatoire de Paris, il obtient le Diplôme Supérieur de Musique Ancienne en 1998. Formé au chant par Jean-Louis Paya, Howard Crook et Margreet Honig, il participe en soliste à de nombreux ensembles : Huelgas, Les Musiciens du Louvre, La Fenice, Akademia… et chante sous la direction de Barthold Kuijken. Avec le Parlement de Musique (dir. Martin GESTER), il chante en soliste le Te Deum de Charpentier et des Grands Motets de Lalande dans plusieurs festivals : Versailles, Saint-Michel en Thiérache, Lessay… (Lalande, en CD chez OPUS 111, et Charpentier, en DVD chez Armide à la Chapelle Royale de Versailles). En récital, ses complices sont au clavecin et à l’orgue Benjamin Alard (enregistrement de motets français pour Hortus en 2009), Jean-Luc Ho, Paul Goussot….Il se produit également avec le pianiste Emmanuel Reibel dans le répertoire des mélodies françaises et des Lieder des 19e et 21e siècles (Musicales de Normandie, émission Lettres intimes de Stéphane Goldet sur France Musique). Récemment il a chanté sur scène (Aubervilliers, Tourcoing, Paris) le rôle de Vulcain dans l’opéra d’André Campra, Le destin du Nouveau Siècle, récemment retrouvé par l’orchestre La Tempesta (dir. Patrick Bismuth).
Chanteur et directeur musical de l’ensemble Les Meslanges il crée des programmes originaux dans plusieurs festivals. Le disque Airs de Differens Autheurs donnés à une Dame…, airs de Le Camus et Charpentier, a été accueilli très favorablement par la critique: « La voix chaude et souple de Thomas Van Essen nous séduit et laisse respirer les textes…sa quête de l’expressivité baroque donne aux mots cette transparence des larmes et le souffle des soupirs. » (ResMusica.com-Monique Parmentier).

François Ménissier, orgue

François Ménissier a reçu l’enseignement de Françoise Billiot, Norbert Pétry, André Stricker, Bernard Lagacé et Louis Thiry. Lauréat du Concours International J. S. Bach de Toulouse en 1981 et titulaire jusqu’en 2003 de l’orgue Silbermann de l’Eglise Saint-Thomas de Strasbourg, il est actuellement professeur d’orgue au Conservatoire à Rayonnenement Régional de Rouen, titulaire du grand orgue Clicquot de l’Église Saint-Nicolas-des-Champs à Paris, et conservateur de l’orgue Renaissance de Mont-Saint-Aignan. Ses concerts l’ont mené dans la plupart des pays d’Europe et au Japon ; il a enregistré pour la radio en France, aux pays-Bas, en Allemagne et en Finlande. Auteur de recherches sur la lignée des facteurs d’orgues Verschneider (18e et 19e siècles) et du l’inventaire des orgues de Moselle (1988-1999), François Ménissier est membre de la Commission nationale des Monuments historiques du Ministère de la Culture. Conseiller pour les orgues auprès de la Ville de Rouen, il achève actuellement un inventaire organologique et historique des orgues de la métropole normande. Discographie : Bach, Boëly, Brahms (Diapason d’Or en 2004), Mendelssohn, Rheinberger, Boehm, Titelouze, ainsi que Le serpent imaginaire (anthologie européenne autour de 1600) avec Volny Hostiou et Les Meslanges. François Ménissier et Les Meslanges ont des rapports privilégiés notamment sur la pratique de l’alternance du plain-chant et de l’écriture organistique.

Partager