Concert #8 > François Couperin : Apothéose de Lully

Les Paladins © CD 72

Nous retrouverons Apollon et ses Muses avec François Couperin dont nous fêtons en 2018 le 350e anniversaire de la naissance. Il a en effet composé une Apothéose de Lully, un hommage au grand compositeur italien, inventeur de l’opéra français. Lully et Corelli y sont réunis puis réconciliés par Apollon. Ce dernier mènera les deux hommes des Champs Elysées jusqu’au Mont Parnasse en récompense de leur génie. Les Paladins dirigé par Jérôme Correas a préparé ce programme tout spécialement pour nous en y insérant les plus beaux airs de Lully.

Video

Distribution

Jean-François Lombard : chant
Clara Mühlethaler & Vivien Steindler : violons
Sylvia Abramowicz : viole de gambe
Benjamin Narvey : théorbe
Jérôme Correas : clavecin et direction

Programme

François Couperin (1668 – 1733)
Lulli aux Champs Elisées, concertant avec les ombres lyriques* 

Jean-Baptiste Lully (1632 – 1687)
Armide, air de Renaud « Plus j’observe ces lieux et plus je les admire »

François Couperin 
Air pour les mêmes*
Vol de Mercure aux Champs Elisées pour avertir qu’Apollon y va descendre*

Jean-Baptiste Lully
Amadis, air d’Amadis « Bois épais »

François Couperin
Descente d’Apollon qui vient offrir son violon à Lulli, et sa place au Parnasse*
Rumeur souterraine, causée par les auteurs contemporains de Lulli*
Plainte des mêmes*

Jean-Baptiste Lully
La Naissance de Vénus, air d’Orphée « Dieux des Enfers »

François Couperin
Enlèvement de Lully au Parnasse*

Jean-Baptiste Lully
Alceste, un Triton : « Malgré tant d’orages »

François Couperin
Accueil entre Doux et Agard fait à Lully par Corelli et par les muses italiennes*

Arcangelo Corelli (1653-1713)
Sonate en trio op I n. 6, Allamanda / Corrente / Giga

***ENTRACTE***

François Couperin
Remerciements de Lulli à Apollon*

Jean-Baptiste Lully
Armide, Passacaille ( transcription pour clavecin de J H d’Anglebert)

François Couperin
Air d’un amant fortuné : « Les plaisirs ont choisi pour asile ce séjour agréable et tranquille »*
Apollon persuade Lulli et Corelli que la réunion des goûts français et italien doit faire la perfection de la musique : essai en forme d’ouverture*
Lulli jouant le sujet et Corelli l’accompagnant*
Corelli jouant le sujet à son tour, que Lulli accompagne*

Jean-Baptiste Lully
Persée, air de Mercure : « O tranquille sommeil »

François Couperin
La Paix du Parnasse, faite aux conditions des muses françaises sur la remontrance que lorsqu’on y parlerait leur langue, on dirait dorénavant Sonade, Cantade ainsi qu’on prononce ballade, sérénade, etc. : Sonade en trio : Gravement / Saillie / Rondement*

Jean-Baptiste Lully
Phaéton, air d’un suivant d’Astrée : « Cherchons la paix dans cet asile »

François Couperin
Sonade en trio : Vivement*

*Extrait de l’Apothéose de Lully (François Couperin, 1725)

Note d’intention

En 1725, François Couperin compose l’Apothéose de Lully, hommage musical au grand compositeur italien inventeur de l’opéra français. On y rencontre Lully et Corelli, respectivement champions de la musique française et italienne, réunis et réconciliés par Apollon, maître et arbitre des Arts.
Vaste fresque poétique, l’Apothéose de Lully nous entraîne peu à peu, « Gradus ad Parnassum » en quelque sorte, des Champs Elysées, où résident les héros disparus, jusqu’au Parnasse, récompense des génies qui vont y côtoyer Apollon et les Muses. On voit même ce dieu offrir son violon à Lully et lui proposer de prendre sa place, signe de sa haute considération.
Lully- appelé ici Lulli, à l’italienne – et Corelli réconciiés, la musique française et la musique italienne unies pour le meilleur, tel était le but de François Couperin qui prône avec cette historiette malicieuse « les goûts réunis », une Europe musicale avant la lettre en quelque sorte.
Mais ce portrait de Lully ne serait pas complet sans une évocation de certains de ses plus beaux airs, insérés dans cette Apothéose pour mieux faire connaissance avec celui qui fut avec Molière le plus grand dramaturge de son époque.

Jérôme Correas, directeur des Paladins

Les Paladins

En 1760, Jean-Philippe Rameau compose Les Paladins, ultime chef-d’œuvre de l’esprit baroque français, délibérément placé sous le signe de la fantaisie et de l’imaginaire. C’est dans cet esprit que Jérôme Correas fonde en 2001 son ensemble vocal et instrumental qui explore principalement le répertoire musical dramatique italien et français des 17e et 18e siècles.
L’interprétation des Paladins est résolument théâtrale. Grâce à sa double formation de chanteur et de claveciniste, Jérôme Correas développe un style et un son particuliers. C’est là toute la genèse du travail sur le « Parlé-Chanté » qui caractérise nombre des projets de l’ensemble, en particulier l’opéra italien du 17e siècle et l’opéra-comique : approche interprétative fondée non sur l’écriture seule de la partition mais sur la recherche de libertés expressives et théâtrales liées à la langue et à ses rythmes, travail sur le rubato, l’improvisation, la réflexion sur les couleurs de la voix et de l’instrument, le passage de la voix chantée à la voix parlée…

Les Paladins se produisent régulièrement en France (Théâtre des Champs Elysées, Théâtre du Châtelet, Philharmonie de Paris, Théâtre de l’Athénée, opéras de Nice, Reims, Rennes, Metz, Massy, Fondation Royaumont, Festival de La Chaise-Dieu, Festival d’Ambronay) et à l’étranger, notamment aux Etats-Unis, au Japon, et dans les grands festivals en Europe.

Parmi les événements scéniques marquants de ces dernières années, citons la recréation de La Fausse magie, opéra-comique de Gretry avec la Fondation Royaumont, les opéras de Metz, Rennes et Reims avec une mise en scène de Vincent Tavernier, Le Couronnement de Poppée de Monteverdi avec l’Arcal, mis en scène par Christophe Rauck, salué par la critique et représenté 44 fois. En 2011, Les Paladins recréent le premier opéra donné en France : L’Egisto de Mazzocchi et Marazzoli (Fondation Royaumont et théâtre de l’Athénée), mis en scène par Jean-Denis Monory ; suivent Le Retour d’Ulysse dans sa patrie de Monteverdi avec l’Arcal, mis en scène par Christophe Rauck, Les Indes Galantes de Rameau (mise en scène Constance Larrieu) mêlant chanteurs et marionnettes et poursuivant le travail de rencontre avec d’autres modes d’expression artistique. Les Paladins créent ensuite Molière à l’Opéra, spectacle retraçant la collaboration entre Molière et Lully et dont l’enregistrement a paru en 2016.
En 2017, Les Paladins ont créé deux nouveaux spectacles : Viva Espana, au CDBM du Perreux, avec la chorégraphe Ana Yepes, voyage musical et chorégraphié à la recherche des danses et musiques du Siècle d’Or espagnol ; et l’opéra de Monteverdi Le Combat de Tancrède et de Clorinde, au Théâtre de Cornouaille, Scène Nationale de Quimper, avec le metteur en scène Dan Jemmett. Ces deux dernières créations sont en tournée en 2018 et 2019.

En janvier 2019, Les Paladins créerons au Théâtre-Sénart, Scène Nationale de Lieusaint, l’opéra de Georg Friedrich Haendel Amadigi, dans une mise en scène contemporaine de Bernard Levy, centrée autour de la vidéo. Le spectacle partira en tournée tout au long du premier trimestre 2019.
Les Paladins ont enregistré une dizaine de disques récompensés à de nombreuses reprises : Cantates de Haendel avec Sandrine Piau, Lamentations de Porpora avec Karine Deshayes (Arion), Les Serpents de feu dans le désert de Hasse, Soleils baroques, sur des musiques de Luigi Rossi et Marco Marazzoli (Ambronay), Jephté de Carissimi, L’Ormindo de Cavalli (Pan Classics), Tenebris (Cyprès), Le triomphe de l’amour avec Sandrine Piau (Naive), Molière à l’opéra (Glossa). Les Paladins s’apprêtent à sortir Les Leçons de Ténèbres de Couperin, dans une version inédite pour deux ténors.

Les Paladins sont en résidence à l’opéra de Massy et au Centre des bords de Marne au Perreux-sur-Marne. Les Paladins sont Artistes Associés à la Fondation Singer-Polignac et à l’ADAMI dans le cadre du dispositif 365.

En savoir plus : facebooksite web – Twitter

Jérôme Correas, direction

Jérôme Correas débute l’étude du piano dès l’âge de cinq ans puis très vite se passionne pour le clavecin. Il devient l’élève du grand claveciniste et musicologue Antoine Geoffroy-Dechaume dont l’enseignement, basé sur l’improvisation et la souplesse rythmique, le marque durablement.
Sa curiosité pour le chant l’amène à se présenter au CNSMD de Paris où il obtient un Premier Prix d’Art lyrique dans la classe de Xavier Depraz, et de chant baroque dans celle de William Christie. Remarqué par ce dernier, il débute au festival d’Aix-en-Provence sous sa direction dans The Fairy Queen de Purcell et devient membre des Arts Florissants de 1989 à 1993.
Jérôme Correas diversifie ses goûts et ses activités en suivant l’enseignement de René Jacobs au Studio Versailles Opéra, puis entre à l’école de chant de l’Opéra de Paris sur la recommandation de Régine Crespin, entre 1992 et 1994. Il travaille ensuite sous la direction de nombreux chefs, dans les répertoires lyrique ou baroque : William Christie, Sylvain Cambreling, Christophe Coin, Michel Corboz, Philippe Entremont, Marco Guidarini, Emmanuelle Haim, Jean-François Heisser, Marek Janowski, Sigiswald Kuijken, Jesus Lopez-Cobos, Jean-Claude Malgoire, Hervé Niquet, Donato Renzetti, François-Xavier Roth, Christophe Rousset, Jean-Christophe Spinosi, Arie Van Beek…
Dans son parcours, il privilégie l’interprétation de la mélodie française qu’il chante en Europe et dans de nombreuses tournées aux Etats-Unis aux côtés de Jean-Claude Pennetier, Claude Lavoix, Philippe Bianconi, Jean-François Heisser, Marie-Josèphe Jude, Jeff Cohen ou Philippe Cassard.
En 2001, Jérôme Correas se tourne vers la direction d’orchestre et fonde Les Paladins, ensemble vocal et instrumental dédié à l’exploration des oeuvres lyriques des 17e et 18e siècle, de Monteverdi à Mozart.
Avec les metteurs en scène Dan Jemmett, Christophe Rauck, Vincent Tavernier, Vincent Vittoz, Irène Bonnaud, Mireille Larroche ou Jean–Denis Monory, il crée de nombreux opéras français, italiens ou anglais, de Monteverdi, Cavalli, Rossi, Marazzoli à Haydn et Paisiello, en passant par Purcell, Marin Marais, Destouches ou Rameau et Gretry. Il enregistre une trentaine de disques et se produit dans de nombreux théâtres et festivals en France et à l’étranger.
Sa double expérience de claveciniste et de chanteur lui permet de présenter une interprétation toute personnelle fondée sur la théâtralité, la respiration et le rubato, mais aussi une recherche sur l’art du « Parlé-Chanté », particulièrement bienvenue dans l’opéra italien du 17e siècle et l’opéra-comique, deux genres qu’il affectionne particulièrement.
Il transmet aussi cette recherche artistique en tant que chef invité : Orchestre de l’Opéra de Rouen (La Vera Constanza de Haydn, mise en scène de Elio de Capitani), Orchestre de chambre Israël Camerata (Stabat Mater de Pergolesi), Moscow Chamber Orchestra (Haendel, Mozart), Orchestre Baroque de Saint Petersbourg (Acteon de Charpentier), Orchestre symphonique des Baléares (Vivaldi, Haendel, Gluck), Orchestre de l’Opéra de Catane (recréation de Fedra de Paisiello pour la réouverture du Teatro Massimo Bellini), Orchestre du CNSM de Paris, Maîtrise de Notre-Dame de Paris, Chœur de Chambre de Namur…
Il intervient régulièrement pour des Master classes au CNSMD de Paris, au CRR de Toulouse, de Paris, de Nice, du Pôle Supérieur de Dijon, l’Atelier Lyrique de l’Opéra de Paris et à l’Ecole Normale de Musique. Jérôme Correas est chevalier des Arts et Lettres depuis 2011.

Jean-François Lombard, ténor

Né dans une famille de musiciens, Jean-François Lombard étudie au Conservatoire à Rayonnement Régional de Rouen, puis poursuit son parcours à la Maîtrise du Centre de Musique Baroque de Versailles. Remarqué très tôt grâce à sa rare tessiture de ténor léger dit « haute-contre à la française », il collabore avec les principaux ensembles de musique baroque : Le Poème Harmonique, Les Paladins, La Petite Bande, Les Ombres, La Clique des Lunaisiens, Les Folies Françoises, Les Musiciens du Louvre, La Fenice, La Grande Ecurie et la Chambre du Roy, Le Concert Spirituel, La Risonanza, L’Ensemble Vocal et Instrumental de Lausanne, La Chapelle Rhénane, La Simphonie du Marais, Les Arts Florissants.

Jean-François Lombard a chanté dans de nombreux opéras dont Platée de Rameau (rôle-titre) au Hudební Festival Znojmo, Serse de Cavalli au Théâtre des Champs Elysées à Paris, Cadmus et Hermione de Lully à l’Opéra-Comique à Paris, L’incoronazione di Poppea de Monteverdi à Opéra Royal de Versailles, Il ritorno d’Ulisse in patria de Monteverdi à l’Opéra de Nice, Caligula delirante de Pagliardi à l’Amphithéâtre de l’Opéra Bastille à Paris, L’Ormindo de Cavalli à l’opéra de Rennes, La Guerre des Théâtres à l’Opéra d’Angers-Nantes.
Il est régulièrement invité dans les meilleurs festivals de musique baroque européens ainsi que dans les salles prestigieuses du Wigmore Hall et Saint John Smith Square à Londres, le Konzerthaus de Vienne, l’Académie Franz Liszt à Budapest, l’Académie Sainte-Cécile de Rome, l’Université de Princeton et le Getty Center Museum aux Etats-Unis d’Amérique.

En 2016, Jean-François Lombard fait ses débuts en tant qu’acteur dans Figaro Divorce de Ö. von Horváth. Christophe Rauck, metteur en scène et directeur du Théâtre du Nord à Lille lui propose d’emblée une nouvelle collaboration en 2018 avec Comme il vous plaira de William Shakespeare à Lille, puis en tournée en France.

A l’automne 2018, viendront s’ajouter à la liste de ses enregistrements le DVD de Caligula delirante de Pagliardi avec le Poème Harmonique ainsi que le disque des Leçons de Ténèbres de Couperin avec les Paladins.

Partager