Journée Européenne de la Musique Ancienne > Come Sorrow

Journée Européenne de la Musique Ancienne 2019 : Ensemble Près de votre oreille © Rita Cuggia

Robin Pharo, fondateur et directeur de l’ensemble « Près de votre oreille » a sélectionné les plus belles pièces pour voix, luth et viole de gambe du répertoire élisabéthain du début du 17e siècle. Il s’est plus particulièrement intéressé au compositeur Robert Jones dont l’une des pièces de son second recueil de chants et d’airs donne le titre à ce programme. Come Sorrow évoque bien évidemment la mélancolie anglaise mais Robin Pharo a tenu à contraster son programme en l’alternant avec des pièces suscitant l’humour et la joie. Outre Robert Jones, il a également puisé dans le répertoire des contemporains de cet auteur tels Tobias Hume, John Dowland et Alfonso Ferrabosco II. Ce programme a fait l’objet d’un enregistrement en 2018 et sortira à l’occasion de ce concert.

 

Vidéo

Distribution

Anaïs Bertrand, mezzo-soprano

Nicolas Brooymans, basse

Michal Gondko, luth renaissance

Robin Pharo, viole de gambe & direction

 

Programme

Robert Jones (1577-1617) – The First and The Second booke of songs, and Ayres, 1601
Come Sorow

John Dowland (1563-1626) – The second booke of songes or Ayres (1600)
Dowland’s Adew for Master Cromwell

Robert Jones (1577-1617) – The First and The Second booke of songs, and Ayres, 1601
Love wing’d my hopes

Robert Jones (1577-1617) – The First and The Second booke of songs, and Ayres, 1601
O How my thoughts

John Dowland (1563-1626)
Frog Galliard

Robert Jones (1577-1617) – The First and The Second booke of songs, and Ayres, 1601
Fie fie

Tobias Hume (vers 1569 – 1645) – The First Part of Ayres (1605) & Poeticall Musicke (1607)
The Souldiers Song
A Souldiers Galliard
What Greater grief

Robert Jones (1577-1617) – The First and The Second booke of songs, and Ayres, 1601
Now what is love

Alfonso Ferrabosco II (c. 1575-1628) – Lessons for 1, 2 and 3 Viols (1609)
The first tuning, Almain III y coranto IV

Robert Jones (1577-1617) – The First and The Second booke of songs, and Ayres (1601)
Love god is a boy

Robert Jones (1577-1617) – The First and The Second booke of songs, and Ayres (1601)
Did ever man thus love as I

Tobias Hume (vers 1569 – 1645) – The First Part of Ayres (1605)
A Pavin

John Dowland
The second booke of songes or Ayres (1600)
Flow my tears

Note d'intention

En Angleterre, durant l’époque élisabéthaine, luths et violes de gambe étaient désignés pour accompagner la voix. Un grand nombre de partitions se conforme à ce modèle, avec souvent une partie écrite et développée pour le luth (en tablature) et une simple partie de basse pour la viole, sans réalisation harmonique. Même si elles sont rares, les parties développées d’accompagnement de la voix pour viole de gambe existent néanmoins. Chez Tobias Hume, musicien élisabéthain énigmatique, cet accompagnement habituellement improvisé par la viole de gambe est entièrement écrit. Mais il n’y a pas seulement chez Tobias Hume que l’on trouve ces accompagnements. En 1601, Robert Jones (1577-1617), luthiste et compositeur anglais de l’époque élisabéthaine, publie un autre recueil qui constitue un important témoignage sur l’utilisation de la viole de gambe dans le répertoire vocal. Celui-ci est composé de Songs pouvant être interprétés de plusieurs manières différentes : par une voix et un luth, ou par deux voix, un luth et une partie de Lyra-viol (le terme Lyra-viol peut faire référence à deux choses différentes : un type d’instrument ou bien un type de jeu qui consistait à changer l’accord de la viole de gambe pour certaines compositions). Ces pièces inconnues et composées par Robert Jones sont d’une richesse inouïe. Elles sont fidèles à l’art élisabéthain, son « existentialisme » et sa poésie. Très peu d’enregistrement sont consacrés à la musique de Robert Jones et les pièces du deuxième livre de Songs de Robert Jones n’ont jamais été enregistrées dans la forme imaginée par le compositeur, à savoir pour quatre musiciens. Au-delà du programme de concert et de récital, Come Sorrow est un projet d’enregistrement et de recherche qui se focalise sur la musique de Robert Jones, tout en incluant aussi celle de compositeurs plus connus comme Tobias Hume, ainsi que des pièces de John Dowland. La plupart des Songs de ce dernier sont écrits pour quatre, ou même cinq voix. En préambule de son deuxième livre de Songs, publié en 1600, il présente huit pièces pour deux voix, une basse et une partie de luth (la même formation que celle préconisée par Robert Jones dans son deuxième livre de Songs). Parmi ces pièces figurent la très célèbre chanson Flow My Tears, qui clôturera notre programme, qui présentera également des pièces instrumentales écrites pour Lyra-viol par Alfonso Ferrabosco II, un compositeur peu connu qui publia an 1609 l’un des premiers recueils de pièces pour Lyra-viol.

Au-delà de la recherche sur le rôle de la viole de gambe dans le répertoire vocal anglais, notre programme souhaite aussi proposer une véritable immersion dans la musique de chambre de cette époque, capable de susciter la méditation et le recueillement autant que l’humour et la joie. À travers l’œuvre de quatre compositeurs anglais majeurs, il présente des pièces que nous n’avons que trop peu l’occasion d’entendre et d’autres, plus célèbres, qui font la gloire du répertoire élisabéthain. Come Sorrow est le titre mélancolique de notre programme mais aussi et surtout celui de l’une des plus belles pièces vocales écrites par Robert Jones. À la différence du texte de Flow my tears, véritable allégorie musicale de la souffrance, celui de Come Sorrow semble nous inciter à comprendre autrement les chemins menant vers le bonheur. Selon ce dernier, il serait plus sage de vivre pleinement son chagrin que de le fuir en ne poursuivant qu’une fausse représentation de la sérénité, celle des plaisirs et de la jouissance : Wise griefes have joyfull turnings, Nice pleasures ende in mournings

Le programme de ce concert a été créé le 22 janvier 2018, au théâtre du Musée Grévin. Il a fait l’objet d’un projet discographique pour le label Paraty, réalisé en collaboration avec le Centre Culturel de l’Entente Cordiale du 10 au 14 juin 2018, au théâtre élisabéthain d’Hardelot. Come Sorrow est un projet mené par l’ensemble Près de votre oreille et Robin Pharo. Pour celui-ci, la luthière Judith Kraft a fabriqué une viole de gambe à six cordes de type anglais et Maurice Ottiger a fabriqué un luth Renaissance. Sophie Ilbert Decaudaveine est intervenue quant à elle en tant que spécialiste de la diction lyrique anglaise.

Robin Pharo

 

Ensemble Près de votre oreille

En 2015, afin de développer une approche musicale personnelle, Robin Pharo crée le projet Près de votre oreille : un espace original de création et de réunion entre musiciens et artistes. « Près de votre oreille » est une idée qui lui tient à cœur : impliquer le plus possible d’auditeurs et spectateurs aux enjeux émotionnels d’une création et porter aux oreilles du public une musique intime et délicate, qui s’épanouit dans un répertoire de petit effectif, de la musique ancienne à la musique contemporaine, tout en explorant des univers comme ceux de la chanson et de la chorégraphie.

Ce projet s’inscrit dans la continuité de différents programmes dont il est à l’initiative depuis 2010. En duo avec le violiste Ronald Martin Alonso, il élabore le spectacle Paroles de violes, au théâtre de l’Epée de Bois, à la Cartoucherie. Il travaille aussi en duo avec Ronan Khalil avec qui il se produit à la Handel House Museum, à Londres, et au festival Jeunes Talents, à Paris. Robin Pharo enregistre pour le label Paraty le disque L’Anonyme Parisien, consacré aux pièces virtuoses composées pour basse de viole de gambe par Charles Dollé. En Pologne, à l’occasion du festival Muzyka W Raju, Robin Pharo crée le programme Orphée aux Enfers qui mêle des pièces composées par Marin Marais et des airs extraits de l’Opéra La Descente d’Orphée aux Enfers, composé par Marc-Antoine Charpentier.

Durant la saison  2018, Près de votre oreille s’est produit au festival baroque de Timisoara (Roumanie), au théâtre Grévin, (Paris, Philippe Maillard Production), au festival Embaroquement Immédiat, au Midsummer festival (Hardelot), au conservatoire de Gennevilliers le spectacle Les Trois Ailes du Papillon (pour deux danseurs et une viole de gambe).  En juin 2018, en collaboration avec le Centre Culturel de L’Entente Cordiale, il a enregistré pour le label Paraty le disque Come Sorrow, consacré à la musique anglaise élisabéthaine composée par Robert Jones et John Dowland, au théâtre élisabéthain d’Hardelot.

En 2019, Près de votre oreille se produira à l’Opéra de Lille, aux Rencontres Musicales de Bel-Air et au festival baroque de Tarentaise.

Robin Pharo est aujourd’hui membre fondateur de lEnsemble Nevermind avec qui il enregistre pour le label Alpha et remporte le 3ème prix ainsi que le prix spécial du festival à la Van Wassenaer Competition d’Utrecht. Robin Pharo a travaillé avec des ensembles comme La Grande Ecurie et la Chambre du Roy (Jean-Claude Malgoire), LEnsemble Desmarest (Ronan Khalil), LEnsemble La Rêveuse (Florence Bolton et Benjamin Perrot), LAchéron (François Joubert-Caillet), lEnsemble La Tempête (Simon-Pierre Bestion de Camboulas), Vox Luminis (Lionel Meunier Vellard), Le Chœur de Chambre de Namur ou encore avec La Capella Mediterranea (Leonardo Garcia Alarcon).

Anaïs Bertrand, Mezzo-Soprano

Parallèlement à une licence de sociologie, Anaïs Bertrand étudie le chant à la Maîtrise Notre-Dame de Paris puis au CNSMD avec Valérie Guillorit puis à la Hochschule de Leipzig avec Regina Werner. En 2018, elle remporte le premier prix du concours de chant baroque de Froville. Musicienne sensible, elle se nourrit de toutes les formes d’expression que lui offre le répertoire vocal : du chant grégorien à la musique contemporaine, ou encore de la polyphonie à l’art lyrique. Anaïs s’engage ainsi auprès de différents ensembles tels que l’Ensemble Vocal de Notre Dame de Paris (Sylvain Dieudonné), l’Ensemble Correspondances (Sébastien Daucé), l’Ensemble Maja (Bianca Chillemi), l’Ensemble Aedes (Mathieu Romano), ou encore l’Ensemble Marguerite Louise (Gaétan Jarry). Elle a aussi l’occasion de chanter avec l’Ensemble Pygmalion (Raphaël Pichon), l’Ensemble Europa Barocca (Simon-Pierre Bestion de Camboulas) et Le Concert Spirituel (Hervé Niquet).

Tant dans la valorisation du répertoire actuel que dans la création, Anaïs est attachée à faire vivre la musique de notre époque. Elle a eu la chance de collaborer avec des compositeurs tels que Philippe Hersant, Graciane Finzi, Caroline Marçot, George Benjamin et a chanté sous la direction de Bruno Mantovani. En duo avec le pianiste et compositeur Fabien Touchard, elle travaille sur ses différentes créations. Membre fondateur de l’ensemble Lunaris fondé en 2008 autour de trois voix et une viole de gambe, elle co-crée des concerts originaux mêlant répertoires anciens et créations : Raphaël Mas, Fabien Touchard et Christophe Looten (disque Exode(s), 2013).

 

Sur scène, elle interprète en 2016 Pelléas et Mélisande de Claude Debussy (Mélisande) avec La Petite Maison (Camille Doucet et Victor Jacob), L’Enfant et les sortilèges de Maurice Ravel (L’Enfant) ainsi que Didon et Enée d’Henry Purcell (Didon) au Théâtre du Ranelagh, avec la compagnie Maurice et les Autres (Igor Bouin). Elle participe au projet Léon et Léonie (arrangement de chansons de Brel et Barbara) avec l’Ensemble Aedes. Elle est en 2016 Andromache, dans Iliade l’amour, création de Betsy Jolas réalisé en partenariat avec le CNSM et la Philharmonie de Paris. Elle est également appelée à se produire en soliste au festival Les Vacances de Monsieur Haydn, au festival Musiciennes à Ouessant, au festival Jeunes Talents à Paris, au festival de l’IRCAM : Manifeste, au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, aux Journées Ravel…

Nicolas Brooymans, Basse

Diplômé d’Etat Masseur-Kinésithérapeute en 2007, Nicolas Brooymans se consacre depuis 2011 intégralement au chant lyrique, passion qui l’anime depuis l’âge de 12 ans quand il intègre le Chœur d’enfants de l’Opéra de Paris (Francis Bardot). Il travaille sa technique vocale avec Sophie Hervé, au conservatoire du 18e arrondissement à Paris où il obtient son prix de chant. Il a aussi suivi l’enseignement de Malcom King et de Frédéric Bourreau.

Jusqu’en 2014, il est membre titulaire de l’Ensemble Aedes (Mathieu Romano) avec qui il enregistre le cycle de disques Ludus Verbalis, salué par la critique. En 2012, il devient titulaire du Chœur de l’Armée Française. Depuis 2013, il chante avec l’Ensemble Correspondances (Sébastien Daucé) avec qui il aborde le répertoire français du 17e siècle et participe à de nombreux enregistrements. Depuis 2013 également, il collabore avec Le Concert Etranger (Itay Jedlin), avec qui il chante dans la Passion selon Saint Jean de Johann Sebastian Bach et dans une reconstitution de la Passion selon Saint Marc du même compositeur. En 2015, il collabore aussi avec l’Ensemble Pygmalion (Raphaël Pichon).

Il est régulièrement engagé en tant que soliste pour des œuvres comme le Requiem et la Grande Messe en Ut de Mozart, les Passions de Johann Sebastian Bach, les Sept dernières paroles du Christ et la Création de Joseph Haydn mais aussi Les Nuits d‘été de Berlioz, la Missa di Gloria de Puccini, ou encore La Flûte Enchantée (pour le rôle de Sarastro) et Don Giovanni de Mozart (pour le rôle de Commandeur).

A l’été 2016, il achève une série de huit Passions selon Saint Jean, en tant que Pilate, associant les ensembles Aedes et Les Surprises (Louis-Noël Bestion de Camboulas). A partir d’octobre 2016, il participera avec Correspondances à la création d’une version scénique des Histoires Sacrées de Marc-Antoine Charpentier qui feront l’objet d’un enregistrement, tout comme La Descente d’Orphée aux enfers. En 2017, il aborde le répertoire lyrique en incarnant le rôle de Colline dans La Bohème de Puccini dans une version scénique avec orchestre, mise en scène par Diane Clément et dirigée par Vincent Renaud. En avril 2017, il redonne  avec Le Concert Etranger, en Suisse, en Italie et en Espagne, la Passion selon Saint Marc, enregistrée aux éditions Ambronay.

Michal Gondko, Luth renaissance

Dans le jeu « habile et fluide » (Early Music Today) de Michal Gondko, « les phrases se croisent comme des pensées improvisées se poursuivant à travers l’imagination, un style de jeu souvent utilisé mais pratiqué avec brio que pas de rares musiciens seulement » (Lute News). Michal Gondko est l’un des luthistes les plus importants de sa génération et mène ses buts artistiques en tant que soliste, directeur musical et accompagnateur.

Il est notamment membre fondateur de l’ensemble La Morra dont il partage la direction artistique avec Corina Marti. Largement reconnu pour ses interprétations du répertoire de la Renaissance et du Bas Moyen Âge, l’ensemble La Morra a reçu de nombreuses distinctions tels que le Diapason d’Or, der Jahrespreis des deutschen Schallplattenkritik, the American Musicological Society’s Noah Greeberg Award et a été nommé pour the Gramophone and International Classical Music Award.

Michal Gondko a eu la chance de travailler avec des musiciens comme Dame Emma Kirby, Jordi Savall et a eu récemment l’occasion de collaborer avec le luthiste Nigel North. En 2015, il reçoit le prix de la critique pour son album solo Polonica (Ramée/Outhere Music). Il se produit dans toute l’Europe ainsi qu’aux Etats-Unis, au Japon et en Chine.

Robin Pharo, Viole de gambe et Direction

Robin Pharo a étudié la viole de gambe avec Jean Louis Charbonnier, Caroline Howald, Ariane Maurette puis avec Christophe Coin au CNSMD de Paris. Il est aujourd’hui membre fondateur de lEnsemble Nevermind avec qui il remporte le 3ème prix ainsi que le prix spécial du festival à la Van Wassenaer Competition d’Utrecht. En 2017, Nevermind est invité à se produire partout en Europe, en Russie, en Islande et aux Etats-Unis et a enregistré deux disques (Conversations et Quatuors Parisiens) pour le label Alpha. Robin Pharo a travaillé sous la direction de chefs tels que Sigiswald Kuijken, Paul Agnew ou encore Olivier Schneebeli. Il se produit aux côtés de Benjamin Lazar dans le spectacle LAutre Monde ou les états et Empires de la lune et a travaillé avec d’autres ensembles comme Le Poème Harmonique (Vincent Dumestre), La Grande Ecurie et la Chambre du Roy (Jean-Claude Malgoire), l’Ensemble La Tempête (Simon-Pierre Bestion de Camboulas), L’Ensemble Desmarest (Ronan Khalil), L’Achéron (François Joubert-Caillet), L’Ensemble La Rêveuse (Florence Bolton et Benjamin Perrot), L’Ensemble Gilles Binchois (Dominique Vellard), Le Chœur de Chambre de Namur, La Capella Mediterranea (Leonardo Garcia Alarcon ), Vox Luminis (Lionel Meunier)…

En 2015, Robin Pharo crée le projet Près de votre oreille et enregistre pour le label Paraty son premier disque consacré à la musique de Charles Dollé.

Passionné par son instrument, Robin Pharo improvise et compose depuis toujours. En duo avec Anaïs Bertrand, il crée une pièce de Fabien Touchard et de Rika Suzuki et présente ses compositions pour viole de gambe, guitare et voix à l’occasion du festival Le Classique c’est pour les vieux !, à Paris. Il a également eu l’occasion de jouer avec des groupes comme The Jungles Key et Note Forget The Project. Il collabore avec le chorégraphe Thierry Thieu Niang et élabore la musique du spectacle Au Cœur, à l’affiche du Festival d’Avignon IN en 2016. En 2018, il se produira une nouvelle fois au festival d’Avignon IN, dans le cadre du spectacle Romances Inciertos, imaginé par le danseur François Chaignaud et le metteur en scène Nino Laisné. Il travaille également avec des compositeurs tels que Philippe Hersant (avec qui il crée la pièce Hypnos), Yassen Vodenitcharov et Jean-Marc Chouvel (avec qui il crée Les Trois ailes du papillon). En avril 2012, il joue en duo avec Bobby McFerrin, au théâtre du Châtelet.

Partager