Fiori Musicali

Fiori Musicali la guilde des mercenaires concert organisé à la Roche Jagu RIMAT Lanvellec © Chimair

Chansons ornées sur thèmes fleuris, sonatines divertissantes
Italie, début du seicento. Les instruments prennent leur indépendance. La chanson ornée est la forme la plus en vogue. On emprunte à la France certains thèmes populaires, et on y ajoute une voix décorée, ou « ornée ». L’art de la diminution devient complexe, et on assiste à la naissance d’une
nouvelle forme musicale : la sonate.

Ce concert est organisé en partenariat avec le Domaine Départemental de la Roche Jagu.

 

Distribution

Violaine Le Chenadec : canto
Lucas Peres : viole, lyrone
Marc Wolff :  théorbe, archiluth
Adrien Mabire : cornets, flûtes & direction

Programme

Girolamo Frescobaldi (1583 – 1643)
Canzon detta « La Bernardina »

Giovanni Bassano (1558 – 1617)
Susanne ung jour [Roland de Lassus]

Giovanni Bassano
Frais et Gaillard [Jacobus Clemens non Papa]

Giovanni Bassano
Ricercar quinta

Francesco  Rognoni (1570 – 1626)
Vestiva I Colli [Giovanni Pierluigi da Palestrina]

Giovanni Bassano
Ung gay berger [Thomas Crecquillon]
La Rose [Adrian Willaert]

Diego Ortiz (1510 – 1570)
Ricercar prima

Giovanni Bassano
A la fontaine [Adrian Willaert]

Jehan Chardavoine (1538 – 1580)
Une Jeune fillette

Girolamo Frescobaldi
Canzon prima

Giovanni Bassano
Oncques Amour [Thomas Crequillon]

La Guilde des Mercenaires

La Guilde des Mercenaires est un ensemble de musique ancienne constitués de plusieurs artistes réunis autour du cornettiste Adrien Mabire.
Regroupant des hommes ayant des intérêts communs, l’ensemble prend ce nom de « Guilde » pour définir ces musiciens de plusieurs horizons mettant en commun leurs connaissances pour jouer la musique du 17e siècle.

Ayant la volonté de faire sonner au maximum de leurs possibilités les «hauts instruments», le cornet d’Adrien Mabire est reconnu comme ayant une image sonore large et puissante, bien que celui ci puisse aussi jouer doux tel un «clavecin fermé» (Artusi, 1628).

L’ensemble s’attache donc à jouer la musique ancienne dans un résultat emballé et virtuose. La marque de fabrique de La Guilde est celle d’un ensemble entretenant l’héritage légué par les musiciens de l’époque du seicento, tout en prenant en compte les spécificités de notre temps. Il est primordial pour l’ensemble d’apporter au public cette musique non pas comme sur un présentoir, mais comme un moment d’exaltation.

Bien que l’on considère le cornet, la sacqueboute, la dulciane… comme des instruments de musique « ancienne », La Guilde les considère comme des instruments de musique de façon générale.

Parfois en formation d’instrumentistes pure, elle est le plus souvent associée aux voix, car comme le disait Dalla Casa :
« De tous les instruments, le plus excellent est le cornet pour imiter la voix humaine. Cet instrument peut jouer piano et forte dans toutes les sortes de tonalité, juste comme la voix. »

En savoir plus : site web ; facebook ; twitter

Adrien Mabire, cornets, flûtes & direction

Né au sein d’une famille musicienne vivant à Caen, Adrien Mabire suit un cursus classique en trompette moderne auprès de Stéphane Bellanger.

Attiré par la musique ancienne, sa rencontre avec Hervé Andéol le pousse à la découverte des instruments anciens à vents qu’il étudie avec Serge Delmas et Jean Tubéry (cornet à bouquin), Jean-François Madeuf (trompette naturelle) et Elsa Franck (flûte à bec).

Il participe pendant plusieurs années aux productions de différents ensembles tels que Artaserse (P. Jaroussky), Oltremontano (W. Becu), Ricercar Consort (P. Pierlot), Correspondances (S. Daucé), L’Orchestre des Champs Elysées, Collegium Vocale (P. Herreweghe), Anima Eterna (J. van Immersel), Le Poème Harmonique (V. Dumestre), Concerto Italiano (R. Alessandrini), Le Concert Spirituel (H. Niquet)…

Pour sa discographie au sein de différents ensembles, notons Les Sacrae Symphoniae de Gabrieli avec Oltremontano, Le Ballet Royal de la Nuit avec Correspondances, Son of England avec Le Poème Harmonique, la Messe pour la naissance de Louis XIV avec le Galilei Consort, Benevolo avec le Concert spirituel…

En dehors de ses activités d’artiste, il enseigne le cornet à bouquin et la trompette baroque dans différentes académies et institutions internationales.

En savoir plus : site web ; facebook ; twitter

Violaine Le Chenadec, soprano

Après des études de chant au CRR de Rennes et une licence de musicologie, Violaine Le Chenadec intègre en 2009 le CNSMD de Lyon où elle étudie le chant dans la classe de Brian Parsons et d’Isabelle Germain et travaille régulièrement auprès de Graham Lilly, Nobuyshi Shima, Fabrice Boulanger, Hélène Lucas, David Selig, Fabrice Pierre, Philippe Forget.

En juin 2013, elle obtient son grade de master en Voix avec la mention très bien. Sur scène, elle interprète le rôle de Fanny/La Cambiale di Matrimonio de Rossini et celui d’Adèle/Die Fledermaus de J. Strauss dans le cadre des soirées lyriques du CNSMDL.
Elle chante sur les scènes de l’Opéra de Rouen, Théâtre Royal de Versailles, le rôle de Barberine/Les Noces de Figaro de Mozart (2010), puis à Rennes (2012), toujours à Rennes, Gretel/Hansel und Gretel de Humperdinck (2012) et Sœur Constance/Dialogues des Carmélites de Poulenc (2014). Elle chante la Seconde Grâce/Orfeo de Rossi avec Raphaël Pichon (Opéra de Nancy, Opéra Royal de Versailles).

Elle chante régulièrement avec les ensembles professionnels tels que l’ensemble Correspondances (Sébastien Daucé), Pygmalion (Raphaël Pichon), Mélisme(s) (Gildas Pungier), Les Surprises (Louis Noël Bestion De Camboulas), le Concert spirituel (Hervé Niquet), Les Concerts de L’Hostel Dieu (Franck-Emmanuel Comte) et enfin avec le Concerto Soave (Jean-Marc Aymes).

On l’entend également dans le répertoire d’oratorio ; elle chante L’Amour Divin dans la Conversionne di Maddalena de Bononcini auprès de Maria Christina Kiehr au Festival Mars en Baroque à Marseille (2014) ainsi qu’à Maastricht (2013) et au festival des Arts Renaissants de Toulouse (2015). Elle chante soprano dans le Te Deum de Mendelssohn à la 46e édition du festival de la Chaise-Dieu. En 2011, elle chante les airs de soprano du Gloria de Vivaldi avec l’Orchestre Symphonique de Bretagne. En octobre 2014, elle chante Gabriel et Ève/La Création de Haydn avec L’ensemble Mélisme(s) et Aventi (festival de musique baroque de Lanvellec, Opéra de Rennes), et en août 2015 au Festival de la Chaise-Dieu.

Lors de ses récitals, elle est accompagnée par Amandine Duchênes, pianiste, avec qui elle forme depuis leur entrée au Conservatoire Supérieur Musique de Lyon, un duo inspiré par l’amour du répertoire de la mélodie.

 

Partager