Constantin Huygens, diplomate musicien à la cour de Guillaume d’Orange

Les Emissaires Printemps de Lanvellec © DR

Constantin Huygens (1596-1687), diplomate hollandais au service de la maison d’Orange régnante aux Pays Bas, est passionné de poésie et de musique. Il considère celle-ci comme un loisir autant qu’un moyen de promotion dans les cercles personnels et professionnels. Par ailleurs il s’intéresse aux lois physiques gouvernant la musique par ses échanges avec Pierre de Fermat, René Descartes et Marin Mersennes notamment. Lors des missions qu’il effectue, il rencontre des compositeurs de différents pays comme les Français Antoine Boësset, Jacques Champion Chambonnières et Joseph Chabanceau de la Barre, avec qui il entretient de riches correspondances.

Entre 1618 et 1671, à l’occasion de séjours à Londres, il entend Nicholas Lanier, Matthew Locke et très certainement le gambiste Christopher Simpson et les jeunes frères Daniel et Henry Purcell, alors choristes à la Chapelle Royale. Compositeur lui-même, Huygens publie en 1647 un recueil de musique vocale Pathodia sacra et profana. L’acte de composition représente pour lui l’aboutissement sonore d’une harmonie, à laquelle il aspire également dans tous les enjeux de sa profession.

Les Emissaires vous proposent de découvrir les passions de ce diplomate éclectique à travers son oeuvre et celle des musiciens qui dessinaient alors le paysage musical d’Europe.

 

Distribution

Ariane Zanatta-Gommier : soprano
Pétronille Ancel :  flûte à bec
Iris Tocabens : viole de gambe
Claire Meusnier : clavecin

Programme

Matthew Locke (1621-1677)
Ne’er trouble thyself 

Constantin Huygens (1596-1687)
Que ferons-nous
Graves témoins 

Christopher Simpson (1602-1669)
Prélude en ré mineur
Division en Ré Majeur

Nicolas Lanier (1588-1666)
No more shall meads 

Constantin Huygens
Quoi ? Clorinde tu pars
Vous me l’aviez bien dit

Chambonnières (1601-1672)
Suite en la mineur (Allemande La Rare, Courante, Sarabande, Gaillarde)

Joseph Chabanceau de la Barre (1633-1678)
Ah ! Je sens que mon cœur

Antoine Boësset (1586-1643)
Seul objet de mon bien
Nos esprits libres et contents

Johann Jacob Froberger (1616-1667)
Toccata XII en la mineur

Henry Purcell (1659-1695)
Soft notes and gently rais’d accent
If music be the food of love 

Daniel Purcell (1664-1717)
Sonate ou solo pour flûte en ré mineur

Henry Purcell
Hark ! The echoing air
The fatal hours comes on apace
From Rosy bowers 

Ariane Zanatta, Soprano

Ariane Zanatta se forme auprès de différents pédagogues tels qu’Isabelle Poulenard, Stéphane Fuget, Jean Tubéry et Jean-Christophe Frisch au répertoire baroque, ainsi qu’auprès de Céline Laly, Florence Barbara et Myriam De Aranjo au chant lyrique.

Elle reçoit l’enseignement de Chantal Mathias et Andreas Scholl dans le cadre d’académies, et se perfectionne auprès de Paul Agnew, Claire Lefilliâtre et Marc Mauillon lors de masterclasses. Ariane est diplômée d’un master d’études théâtrales à l’Université Sorbonne-Nouvelle, d’une maîtrise d’interprétation des musiques anciennes à l’Université Paris-Sorbonne et au pôle supérieur de Paris-Boulogne-Billancourt, et d’un CEM de piano.

Elle se produit régulièrement en concert au sein de l’ensemble Contrapposto (Festival de Sinfonia en Périgord, Chapelle Royale de Versailles) et collabore avec des ensembles baroques, dont le duo Godis-Hantaï, et prochainement le Concert Spirituel dirigé par Hervé Niquet.

Pétronille Ancel, flûtes à bec

Elle commence la flûte à bec à l’âge de 14 ans au conservatoire de Colmar (68) avec Anne-Marie Bastian, qui lui transmet sa passion pour la musique. Elle y obtient son diplôme d’études musicales en 2016 puis entre dans la classe de Patrick Blanc au conservatoire de Strasbourg, avec qui elle s’initie à la flûte traversière baroque. Elle a l’occasion de jouer sous la direction de Martin Gester et Stéphanie Pfister.

Actuellement, elle étudie la flûte à bec au Pôle supérieur Paris Boulogne-Billancourt dans la classe de Michelle Tellier et poursuit l’apprentissage du traverso avec Valérie Balssa.

En parallèle, elle termine une licence de musicologie à la Sorbonne. Les stages et master classes qu’elle effectue auprès de Clémence Comte, Hans Joachim Fuss, Serge Saïtta, Sigiswald Kuijken et Pierre Hamon nourrissent son envie d’approfondir l’étude de la musique ancienne.

Iris Tocabens, viole de gambe

Ayant découvert très tôt la viole de gambe auprès de Christian Sala au Conservatoire à Rayonnement Régional de Perpignan avec qui elle jouera pour l’édition 2015 du festival Radio France en Languedoc-Roussillon, Iris Tocabens poursuit ses études littéraires et obtient en 2016 le premier prix du Concours Général des Lycées en éducation musicale.

Elle intègre cette année-là la classe de Christine Plubeau au conservatoire du 7e arrondissement de la ville de Paris tout en
entamant une licence de Musicologie à Sorbonne Universités. Elle obtient en 2018 son DEM et entre au Pôle Supérieur Paris-Boulogne Billiancourt où elle étudie actuellement dans la classe de Nima Ben David. Elle complète par ailleurs sa formation par de multiples stages et masterclass auprès notamment de Marianne Muller, Paolo Pandolfo ou encore Vittorio Ghielmi.

Claire Meusnier, clavecin

C’est à l’âge de 8 ans que Claire Meusnier commence ses études au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulon Provence Méditerranée. Elle y effectue un cursus d’études complet en clavecin et musique de chambre dans la classe de Claire Bodin ainsi qu’en basse- continue avec Kazuya Kunji. Plusieurs stages avec Béatrice Martin, Bibiane Lapointe, Françoise Marmin, Blandine Rannou, Brigitte Tramier font grandir en elle sa passion pour la musique et lui donnent envie de s’orienter vers une voie professionnelle.

Claire Meusnier obtient en 2017 son Diplôme d’Etudes Musicales et intègre la même année le Pôle Supérieur de Paris Boulogne Billancourt dans la classe de Bibiane Lapointe et Frédéric Michel. Actuellement en deuxième année de Licence, elle suit aussi un parcours en musicologie à l’université de Paris-Sorbonne ainsi qu’en chant lyrique dans la classe d’Anne Constantin au CRR de Boulogne-Billancourt.

Partager