A song of one’s own : musique intime dans l’Angleterre baroque

The Fancy, Printemps de Lanvellec, RIMAT 2019 © Maud Sinda

Si la musique baroque apparaît en Italie vers 1600 en Angleterre, isolée par son insularité et en proie à des conflits religieux, il faut attendre la deuxième moitié du XVIIe siècle pour que le style baroque s’impose. Avec la restauration de la monarchie en 1660, Charles II fait venir à la cour de nombreux musiciens étrangers, notamment français, et de nouveaux genres musicaux comme l’opéra, apparaissent à la cour. Ces influences se ressentent nettement dans la musique de John Blow et de Henry Purcell.
Auparavant, la Renaissance a vu se développer plusieurs styles spécifiquement anglais. L’école des virginalistes anglais, dont William Byrd et John Bull sont les représentants les plus fameux, concilie polyphonie savante, jeux rythmiques, et variations sur des chansons populaires. La tradition de la musique de consort, apparue dès le XVIe siècle notamment chez Dowland et Byrd, se poursuit jusqu’à la fin du XVIIe siècle avec Gibbons, Lawes, Jenkins, jusqu’à Purcell, qui a su intégrer héritage anglais et influences du continent.
Le programme se propose d’explorer ces différents aspects de la musique anglaise du XVIIe siècle à travers l’intimité d’un petit groupe d’instruments.

 

Distribution

Maud Sinda : violon baroque
Fernando Galvez Ramos : violon baroque
Sumiko Hara : viole de gambe
Jean Douçot : clavecin & direction

Programme

Henry Purcell (1659-1695)
Sonata VI
Ten sonatas in four parts (1697)

John Playford (1623-1686)
Paul’s Steeple
The English Dancing Master (1651)

John Bull (1562 ou 1563 – 1628)
The King’s Hunt
The Fitzwilliam Virginal Book

Nicola Matteis (vers 1670 – après 1713)
Diverse bizzarie Sopra la Vecchia Sarabanda ò pur Ciaccona
Ayres for the violin (1676)

William Byrd (1538-1623)
Passamezzo Pavana, Galiardas Passamezzo
The Fitzwilliam Virginal Book

William Lawes (1602-1645)
Fantasia-suite n.3 en la mineur

William Byrd
Fantasia
The Fitzwilliam Virginal Book

Henry Purcell
Sonata VII
Ten sonatas in four parts (1697)

The Fancy

The Fancy, est né en 2019 de la rencontre, au sein du pôle supérieur Paris Boulogne Billancourt, de Jean, Fernando et Maud, entrés la même année dans cet établissement d’enseignement supérieur. Passionnés par la musique anglaise, ils ont commencé à explorer les versants très divers des styles musicaux prisés au 17e siècle à la Cour des Stuart et sous le régime de Cromwell. La viole de gambe ayant une place primordiale dans la musique baroque anglaise, ils ont alors fait appel à leur amie et collègue Sumiko qu’ils connaissent depuis plusieurs années au conservatoire de Boulogne.

Jean Douçot, clavecin et direction

Jean Douçot a la chance de commencer le clavecin avec Blandine Verlet, au Conservatoire Jean-Philippe Rameau du VIe arrondissement de Paris. Il bénéficie ensuite de l’enseignement de Laure Morabito puis de Bibiane Lapointe au CRR de Boulogne-Billancourt. Il se forme en basse continue auprès de Pierre Trocellier, puis de Frédéric Michel ainsi que Jean-Christophe Revel. Il étudie également l’orgue avec Jean Galard. Il est actuellement élève au pôle supérieur de Paris Boulogne-Billancourt dans la classe de Bibiane Lapointe.

Parallèlement à son activité musicale, Jean Douçot, ancien élève de l’Ecole normale supérieure de Paris, est titulaire d’un master de physique théorique et d’un master de mathématiques fondamentales, et est actuellement doctorant en mathématiques à l’université Paris-Sud.

Maud Sinda, violon baroque

Maud Sinda débute le violon à l’âge de 5 ans, influencée par la musique traditionnelle du sud de la France, que ses grands frères lui font découvrir. Ce milieu mélomane lui permet de développer peu à peu une passion pour la musique ancienne, ce qui l’incite à se tourner vers le violon baroque.

Lors de son arrivée à Paris, elle intègre tout d’abord la classe de violon baroque de Simon Heyerick et d’Hélène Houzel. En parallèle, elle complète son éducation musicale en poursuivant une licence de musicologie à la Sorbonne. En 2016, elle obtient ainsi son DEM de musique ancienne au conservatoire d’Aubervilliers, et sa licence de musicologie. Dans le cadre de divers stages et master classes, elle a l’opportunité de travailler avec des musiciens tels qu’Hervet Niquet, François Lazarevitch ou encore Patrick Bismuth, avec qui elle étudie depuis septembre 2017 au Pôle Supérieur de Paris Boulogne-Billancourt (PSPBB).

En parallèle, elle approfondit le travail de la bande de violons renaissance avec son ensemble La Contrebande avec lequel elle se produit au Petit Festival en juillet 2016, ainsi que la bande de violons pour les intermèdes de pièce de théâtre dans le cadre du Théâtre Molière Sorbonne avec lequel elle se produit régulièrement. De plus, en juillet 2018, elle enregistre les intermèdes pour le DVD de l’École des Femmes de Molière avec Odile Édouard et Pierre-Alain Clerc. Elle est également membre de l’ensemble “Les épopées” dirigé par Stéphane Fuget.

Fernando Galvez Ramos, violon baroque

Né au Chili, il commence ses études de violon moderne à l’âge de 10 ans avec Reynaldo Ferrera. En 2011 il obtient sa licence de Professeur de Musique à L’Université de La Serena. Il travaille pendant 7 ans dans plusieurs orchestres modernes. En 2009, il commence à s’intéresser à la musique ancienne, et joue dès lors ce répertoire dans différents ensembles au Chili. En 2012, il commence ses études de spécialisation en violon baroque, d’abord avec Hélène Schmitt, puis avec Olivia Centurioni. Actuellement, il est étudiant au Pôle Supérieur de Paris Boulogne-Billancourt, où il fait partie de la classe de Patrick Bismuth au Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris.

Sumiko Hara, viole de gambe

Sumiko Hara était pianiste avant de découvrir la viole de gambe et de l’étudier dans la classe de Tetsuo Shimizu, puis celle de Hiroshi Fukuzawa, à l’Université Tokai au Japon où elle a obtenu un master de beaux arts.
Elle a été sélectionnée par le programme Nouveaux talents du journal Yomiuri, et a donné un récital à Tokyo.

En 2013, elle est venue en France et est entrée au CRR de Paris, dans la classe d’Ariane Maurette après celle de Guido Balestracci. Elle est membre de l’Ensemble Les Figures, lauréat du programme « Evolution Series » (2016-2017) au Osaka Phoenix hall, et qui a remporté le prix Barocksaal à Kyoto en 2018.

Actuellement Sumiko Hara se perfectionne sous la direction de Nima Ben David au CRR de Boulogne-Billancourt. Elle a participé à l’enregistrement de musique de George Gurdjieff arrangée en consort de viole par Ben David qui dirige le consort de la Belle Feuille dans le festival de Quatuor à l’Ouest en 2017.

Partager