Variations Goldberg

Lillian Gordis Printemps de Lanvellec 2018 © DIETHARDT

Publiées vers 1740 sous le titre de Clavier Übung, comme l’étaient trois œuvres précédentes, ce qu’on dénommera bien plus tard et bien longtemps après la mort de Jean-Sébastien Bach, Les Variations Goldberg sont l’un des monuments de ce compositeur de génie. Elles sont composées d’une aria, repris en Da capo à la fin encadrant trente variations. 32 est ainsi le nombre clé de cette œuvre : 32 pièces de 32 mesures chacune, des variations réalisées sur les 32 notes de la basse de l’aria. Le cantor avait précisé qu’elles devaient être interprétées sur un clavecin à deux claviers. Elles exigent une maitrise technique et une virtuosité sans faille de la part de l’interprète même si Jean-Sébastien Bach destinait cette œuvre « pour la récréation de l’esprit des amateurs ».

 

Vidéo

Lillian Gordis, Clavecin

Née en 1992 à Berkeley, Californie, Lillian Gordis découvre le clavecin à l’âge de neuf ans et s’y consacre, d’abord avec Katherine Roberts Perl, puis avec Arthur Haas. Suite aux encouragements de Pierre Hantaï, qui l’invite à travailler sous son égide, elle s’installe en France à l’âge de 16 ans.
Elle poursuit ses études de 2009 à 2013 auprès de lui ainsi qu’avec Bertrand Cuiller, et s’est formée parallèlement dans plusieurs conservatoires. À la Schola Cantorum Basiliensis (Suisse), elle profite des conseils de notamment Pedro Memelsdorff, avant de rentrer en «Master d’interprétation des musiques anciennes» à la Sorbonne-PSPBB (Bibiane Lapointe et Frédéric Michel). Ses recherches portent sur les « In nomine » de John Bull, dont elle prépare une édition critique.
Elle se produit régulièrement en concert dans de nombreux festivals tels que Sinfonia en Périgord, le Printemps de Lanvellec, les Jeunes Talents, Paris Clavecin Festival, Clavecin en Fête, le Festival de Richelieu, le Voyage dans l’Hiver (Moulin d’Andé), les Petits Concerts dans les Copeaux, L’Art de la Fugue et l’Oude Muziek Utrecht Fringe Festival (Pays-Bas). Elle joue également dans des lieux prestigieux tels que le Théâtre des Champs-Elysées, le Muziekgebouw aan’t IJ (Amsterdam), le Museo Musica Bologna (Italie) ou le MusicSources Berkeley (USA).
En tant que continuiste, elle est invitée à intégrer l’Orchestre Français des Jeunes (OFJ) Baroque en 2017 et l’Orchestre de Chambre de Paris (Théâtre des Champs-Elysées) sous la direction de Rinaldo Alessandrini, Giuliano Carmignola et Fabio Biondi, avec Vivica Genaux et Sonia Prina. Elle a été quatre fois lauréate de la Fondation Royaumont (2013, 2015-2017) où elle travaille avec Amandine Beyer, Sophie Gent, Jocelyn Daubigney et Raphaël Pichon. Lillian joue régulièrement avec ses amis Jérôme Hantaï, Bertrand Cuiller, Skip Sempé, Johanna Bartz et Varoujan Doneyan. Depuis 2015, elle dirige l’ensemble VOIX OBLIGÉES, dédié au répertoire de clavecin obligé chez Jean-Sébastien Bach.

Partager