Journée Européenne de la Musique Ancienne > Superbes Ennemis

© DR

« N’emprisonnez pas, je vous prie, ni mon esprit ni ma raison… » L’égalité entre l’homme et la femme est une idée moderne et occidentale. Dans une société au sein de laquelle la religion exerçait un pouvoir véritable et déterminait la conduitequotidienne, la femme était marquée au fer rouge par l’idée qu’Eve est la source du péché originel et donc coupable non seulement de la chute d’Adam, mais de l’humanité tout entière.

Cependant, tout n’était pas noir dans ce tableau et beaucoup de femmes (et quelques hommes) commençaient à revendiquer une égalité, non pas entière, mais qui reconnaissait que la femme n’était pas inférieure à l’homme. Ce concert-spectacle va esquisser cette évolution. Avec une mise en espace sobre et quelques éléments de décor, il est construit en quatre parties : la misogynie la plus virulente, l’éducation des filles selon la religion, les femmes fortes et héroïques et la défense de la liberté féminine.

Tel un conférencier loufoque alternant déclamation baroque et moderne, un comédien prend à partie le public, comme pour l’inviter à réfléchir avec lui. Une chanteuse nous délecte avec des airs de cour et des extraits d’opéra accompagnés par le luth, le théorbe et la viole. De nombreuses pièces instrumentales complètent la construction de ce parcours…

L'Ensemble Il Festino

Plaisir des sens et élévation de l’esprit par la poésie, le geste et la musique“, voilà en quelques mots, le résumé de l’identité de cet ensemble. Dirigé par le luthiste Manuel de Grange, l’ensemble reste fidèle à l’esthétique et aux règles déclamatoires du 17ème siècle, valables pour le chant et le récit, mais aussi pour la musique instrumentale, jouée sur instruments anciens. L’ensemble cherche à associer les vers et les airs d’une même époque dans un jeu de miroir afin de transmettre au public un instant unique. Celui-ci rencontre, l’espace d’un moment, les hommes et les femmes de jadis qui ont su, par des moyens raffinés mais aussi en s’appropriant et sublimant quelquefois des éléments de la musique populaire, transmettre leurs passions, joies, chagrins et leur attachement aux plaisirs qui nous accompagnent depuis toujours.
Depuis sa création en 2009, Il Festino se produit en concert dans d’importants festivals en France et à l’étranger (Festival baroque de Pontoise, Festival du Haut Jura, Festival musical de Namur, Musique et Mémoire, Midi-Minimes, Eté mosan…) et dans des scènes nationales de renom (Théâtre de Cornouaille, Le Quartz…).

Sorti en mai 2012, le premier CD de l’ensemble, consacré aux airs en italien sous Louis XIII a reçu un accueil enthousiaste de la critique spécialisée et a obtenu notamment 5 diapasons de la prestigieuse revue Diapason. En mars 2015 Il Festino sort son deuxième CD consacré aux airs pour voix seule du compositeur Stefano Landi.

L’Ensemble Il Festino a été accueilli en 2015 et 2016 dans le cadre du Festival de Lanvellec et du Trégor. En partenariat avec les Rencontres Internationales de Musique Ancienne en Trégor, l’ensemble poursuit une résidence d’éducation artistique et culturelle au Collège Charles le Goffic de Lannion.

Il Festino est soutenu par l’ADAMI pour ses enregistrements et, depuis février 2014 par la DRAC Bretagne. 

> En savoir plus : Site web facebook

Manuel de Grange, luth, guitare et direction

Né en 1967 à Santiago du Chili, Manuel de Grange étudie la guitare classique, l’harmonie, le contrepoint et la musique de chambre à l’Institut de Musique de l’Université Catholique du Chili. Installé en France depuis l’année 1990, il entre dans la classe de Rafael Andia à l’Ecole Normale de Musique, où il poursuit des études de guitare classique, guitare baroque et musique de chambre, jusqu’en 1995. De 1995 à 1999, il étudie le luth, le théorbe et la basse continue avec Claire Antonini au Conservatoire Supérieur de Paris (actuel Conservatoire à Rayonnement Régional) où il obtient le Diplôme Supérieur d’Exécution. Ensuite, il se perfectionne à la Schola Cantorum de Bâle, avec Hopkinson Smith.

Manuel de Grange exerce une activité de soliste et continuiste au sein d’ensembles divers, avec lesquels il joue et enregistre régulièrement : Le Poème Harmonique (Vincent Dumestre), Le Parlement de Musique (Martin Gester), Les Paladins (Jérôme Corréas), Maîtrise du centre de musique Baroque de Versailles (Olivier Schneebeli), ou l’Ensemble Jacques Moderne (Joël Suhubiette).

Depuis 2000, il collabore également avec le metteur en scène Jean-Denis Monory en assurant la direction musicale du Médecin malgré Lui de Molière (2003), d’Andromaque de Racine (2005), les Femmes Savantes de Molière (2008) et Les Fâcheux de Molière et Beauchamp (2013).

En 2009 il fonde l’ensemble Il Festino, ensemble vocal et instrumental à géométrie variable qui aborde la musique du 17ème siècle avec lequel il se produit en concert dans d’importants festivals  en France et à l’étranger et dont les enregistrements (le dernier, consacré aux airs de Stefano Landi, 2014), ont reçu un accueil enthousiaste et unanime du public et de la critique spécialisée.

Manuel de Grange a enregistré une trentaine de CD dont certains ont reçu les plus hautes distinctions de la presse spécialisée : Diapason d’or, Choc du Monde de la Musique (aujourd’hui Classica), Grand Prix de l’Académie Charles Cross, etc.

Dagmar Saskova, soprano

Née en République Tchèque, Dagmar Saskova débute ses études de musique et de chant à l’Université de Bohème Occidentale de Pilsen, et puis au CNSM de Brno. En 2008, elle obtient son diplôme de chant baroque au Centre de Musique Baroque de Versailles. Actuellement, Dagmar Saskova se produit en concert et à l’opéra avec des ensembles baroques tels que le Centre de Musique Baroque de Versailles, Il Festino, Akadêmia, Le Concert brisé, La Fenice, Les Correspondances, Sagittarius, Musica Florea, Les Paladins et La Rêveuse. Elle se produit régulièrement en récital avec la claveciniste Katerina Chrobokova dans un répertoire baroque. Avec la pianiste Vendula Urbanova, elle a donné une série de concerts de musique tchèque (romantique, 20ème siècle) au Centre tchèque à Paris.

En 2015 : elle incarne Proserpine dans l’Orfeo de Monteverdi (ensemble La Fenice, Paris- salle Gaveau). Elle apparait sur les disques « Concert royal de la Nuit », ensemble Les Correspondances (Sébastien Daucé) et « Natale in Italia »,  ensemble La Fenice (Jean Tubéry). En 2016, sa collaboration avec le Centre de Musique Baroque de Versailles l’amènera en tournée en Corée du Sud pour « Les Histoires sacrées de Charpentier ».

Dagmar Saskova a déjà conquis le public du festival de Lanvellec lors des éditions 2013 (La Fenice – Eglise Saint-Jean-du-Baly), 2015 (Il Festino – Eglise de Prat) et 2016 (Il Festino – Théâtre de l’Arche de Tréguier).

Laurent Charoy, récitant

Parallèlement à des études littéraires à la Sorbonne, Laurent Charoy s’est formé auprès de Maurice Sarrazin et à l’école Claude Mathieu à Paris. Comédien bilingue franco-italien, il a joué dernièrement  dans Les frères Karamazov et Le dialogue des Carmélites avec le Théâtre de l’Arc-en-ciel, ainsi que dans différentes créations contemporaines avec Myriam Tannant, Jean-Claude Penchenat, Bastien Ossart, Beppe Navello, Eugène Durif.

Formé à la gestique et à la déclamation baroque par Jean-Denis Monory et Benjamin Lazar, il participe à plusieurs de leurs spectacles, et notamment  Pyrame et Thisbé de T. de Viau et Le bourgeois gentilhomme de Molière mis en scène par Benjamin Lazar, Les femmes savantes et Les fâcheux de Molière par la Fabrique à théâtre et La serva padrona de Pergolèse par le Collegium Marianum de Prague.  Il met en scène en 2007, à Tcheski Krumlov, l’opéra La Contesa  dei Numi d’Antonio Caldara et travaille sur L’Egisto dirigé par Jérôme Correas.
Il prépare actuellement la mise en scène d’un opéra baroque pour l’ensemble Musica Florea de Prague.

Francisco Javier Manalich, viole de gambe

Francisco Mañalich, ténor et violiste chilien a achevé ses études en France par un master de musique médiévale à la Sorbonne et un master de viole de gambe au CNSMDP auprès de Christophe Coin. Il parfait son art vocal avec Christine Schweitzer. Il travaille régulièrement avec les ensembles La Révérence (C. Coin), La Fenice (J. Tubery), Le Parlement de Musique (M. Gester), La Tempête (S. P. Bestion), Correspondances (S. Daucé), Clément Janequin (D. Visse), Hélène Schmitt, Il Festino, Faenza, Sequentia, Dialogos… Depuis l’année 2012 il fait partie de la production du Bourgeois Gentilhomme mise en scène par D. Podalydès et C. Coin où il montre sa polyvalence en chantant et s’accompagnant à la viole et à la guitare.

En 2015, il fait partie de la production de l’opéra L’italiana a Londra de D. Cimarosa, dans le cadre de l’atelier lyrique « Génération Baroque » de l’ensemble Le Parlement de Musique, dirigé par Martin Gester. Il interprète Ferrando dans Così fan tutte fin 2015 – début 2016 à Lyon et au Manège de Saint Germain à Vienne (dir. Claire Levacher, m.e.s Zoltàn Csekö), puis chantera le rôle d’Idamante dans Idomeneo à la Maison de la musique de Nanterre (dir. Dominique Daigremont, m.e.s. Jeanne Debost).

Il a développé en tant qu’instrumentiste un intérêt pour l’accompagnement du chant dans différents styles (musique ancienne, classique, contemporaine et populaire), intérêt qu’il a pu mettre en pratique dans les récentes productions et concerts, où il chante et s’accompagne à la viole de gambe, à l’arpeggione et à la guitare.

Partager