Faste des Cathédrales sous Louis XIV

Le Concert Spirituel © Guy Vivien

Présentation

Hervé Niquet, inspiré par des pièces flamboyantes du Grand Siècle Français, a façonné cette soirée autour du Requiem de Pierre Bouteiller, servie par la polyphonie majestueuse de 12 voix d’hommes solistes.

Dans ce programme, Le Concert Spirituel réunit trois des plus grands maîtres de chapelle français de l’époque avec Marc-Antoine Charpentier à la Sainte Chapelle de Paris, Pierre Bouteiller à la cathédrale de Troyes et Sébastien de Brossard à la cathédrale de Strasbourg et nous introduit ainsi dans la représentation de la spiritualité au Grand Siècle, où les compositeurs savaient toucher les âmes par des œuvres toutes emplies de grâce ornementale et de lignes mélodiques d’une expressivité saisissante. Rappelons qu’à l’époque, les foules se pressaient aux offices pour y entendre cette musique sensible, voire sensuelle, à la fois séductrice et déchirante. Chacune de ces pièces illustre la forte tradition rhétorique française associée aux éléments fondamentaux de la musique baroque italienne.

Le Concert Spirituel excelle dans ce répertoire de musique sacrée française, dont Hervé Niquet est l’un des plus grands spécialistes. C’est un programme étonnant et singulier que nous vous proposons, qui explore toutes les possibilités de la polyphonie avec ces douze voix d’hommes, aériennes et spirituelles, contrebalancées par la gravité et la suavité des basses d’archet (violoncelles, contrebasse et viole de gambe), et qui « happe » l’auditeur pour le tenir en haleine jusqu’à la dernière note.

Fort d’un beau succès public, ce programme a été enregistré chez Glossa (Harmonia Mundi) et a reçu immédiatement un « Choc » de Classica.

 

 

 

Distribution

A venir

Programme

Henri Frémart (1595-1651)
Missa Eripe          (instrumental)

Marc-Antoine Charpentier (1643-1704)
De Profundis H 211

Pierre Bouteiller (1655-1717)
Requiem                Requiem aeternam
                                Te decet hymnus

Henri Frémart (1595-1651)
Missa Eripe            Agnus Dei (instrumental)

Pierre Bouteiller                               
Requiem                 Kyrie
                                 Christe
                                 Kyrie
                                 Si ambulem
                                 Virga tua
                                 Offertoire

Marc-Antoine Charpentier    
Stabat Mater          (instrumental)

Pierre Bouteiller                               
Requiem                 Sanctus

Pierre Hugard  (1726-1761)   
Missa Redde           (instrumental)

Pierre Bouteiller 
Requiem                 Elévation
                                 Agnus dei

Louis Le Prince (1841-1890)
Missa Macula        Sanctus (instrumental)
                                  Hosanna (instrumental)

Pierre Bouteiller                               
Requiem                 Postcommunio

Sébastien de Brossard (1655-1730)
Stabat Mater

 

Note d'intention

Pierre Bouteiller dit « L’Aisné » (ca 1655/60 – ca 1717) fut maître de chapelle à Troyes et à Châlons-sur-Marne puis gagna la capitale française pour exercer la fonction de « maître joueur de viole et autres instruments de musique ». Hormis la Missa pro defunctis1, on recense treize petits motets pour une, deux, trois ou quatre voix, violes et basse continue et plusieurs airs publiés chez Ballard et Neaulme de 1716 à 1732. Grâce aux travaux du musicologue Martial Leroux (qui a largement contribué à la redécouverte du musicien), on sait aussi que Bouteiller a composé deux Te Deum (aujourd’hui malheureusement perdus) pour des circonstances particulières. L’un d’eux a été joué lors des festivités données pour la naissance du Duc de Bretagne, premier fils du duc de Bourgogne (petit-fils de Louis xiv) en 1704, et l’autre pour célébrer la paix de Ryswick en 1697.

Par ailleurs, sans les travaux du théoricien et collectionneur qu’était Brossard, l’œuvre de Bouteiller serait peut-être aujourd’hui totalement inconnue. En effet, mis à part ses œuvres musicales, Sébastien de Brossard (1655-1730) s’est rendu célèbre pour la collection de musique imprimée et manuscrite (traités, partitions de musique profane, religieuse ou instrumentale) qu’il a réunie au cours de sa vie, collection qu’il a cédée au roi en 1724 et dont il a rédigé le catalogue. Véritable témoignage de l’histoire musicale et esthétique d’une époque, ce catalogue est aussi le reflet de l’éclectisme d’un homme cultivé qui, de plus, a été le premier à publier un dictionnaire de musique en langue française en 1703. Dans le catalogue de Brossard sont réunies toutes les œuvres de Bouteiller et notamment l’œuvre religieuse qui se présente sous forme de manuscrit. On y apprend que Bouteiller et Brossard se connaissaient et probablement s’appréciaient, comme en témoigne le catalogue (conservé à la Bibliothèque nationale de France) dans lequel Brossard notait au sujet de son contemporain :

Le tout [motets et messe] composé et très bien écrit par Pierre Bouteiller l’aîné tandis qu’il était Maître de Musique à Troyes. De là il passa à la maîtrise de Châlons-sur-Marne, où je le trouvai l’an 1695 en m’en retournant de Paris à Strasbourg. […] Je lui fis présent de mon premier Livre de Motets qui sortait nouvellement de dessous les presses de Ballard et réciproquement il me donna cette partition manuscrite que j’ai toujours conservée fort précieusement, comme une des meilleures qui soit dans mon cabinet.

Conclure ce concert dédié à la Missa pro defunctis de Bouteiller par le Stabat mater de Brossard est par conséquent une idée pertinente, une sorte d’hommage que rendrait Bouteiller à Brossard (ou l’inverse) ; c’est aussi l’occasion de confronter deux compositeurs dont les styles sont proches et propices à l’émotion et à l’expressivité en raison du caractère très intimiste de la musique dont le rapport au texte est très étroit.

Ce concert, outre le fait qu’il présente la Messe des morts de Bouteiller dans son intégralité, permet en outre d’offrir à l’auditeur la reconstitution d’un office des défunts tel qu’il pouvait s’organiser à l’époque baroque selon les chanteurs (ici les voix d’hommes) et les instruments dont on disposait. Les pièces complémentaires qui s’intercalent dans l’œuvre de Bouteiller, celles des compositeurs tels que Henri Frémart, Marc-Antoine Charpentier, Pierre Hugard ou Louis Le Prince, corroborent l’idée du maître de chapelle de l’époque baroque qui devait construire son office à partir des moyens dont il disposait, mais aussi de ses connaissances, de son appétence et du caractère qu’il voulait donner à la cérémonie.

Ainsi Hervé Niquet, à la manière d’un maître de chapelle, « compose » son office avec les ingrédients d’une époque où la dévotion à fait naître quantité de chefs-d’œuvre musicaux. La sûreté d’Hervé Niquet dans ce répertoire provient d’une analyse attentive des sources et de la tradition religieuse baroque qui lui permettent d’assumer des choix originaux. L’expérience de cette Messe des morts qu’il choisit de faire sonner aux seules voix d’hommes est l’une des nombreuses combinaisons décrite en 1650 par le compositeur Jacques de Gouy dans sa préface des Airs à quatre parties sur la paraphrase des psaumes de Godeau (Paris, R. Ballard, 1650) :

Les ecclésiastiques et les religieux, qui pour l’ordinaire n’ont point de dessus, ni presque de haute-contre, pourront chanter les psaumes à 2, à 3 et à 4 parties selon la rencontre des personnes :
– À deux parties, le dessus se chantera en voix de taille et la basse comme elle se trouve écrite, ou bien la taille et la basse ensemble.
– À trois, le dessus en taille, et la taille et la basse dans le naturel.
– À quatre, s’ils ont des hautes-contre chez eux, le dessus se chantera en taille et les trois autres parties se chanteront ainsi qu’il sera marqué dans leurs livres. Cette manière est la moins parfaite ; d’autant que la haute-contre sera plus haute que le dessus chanté en voix de taille. Que si dans leur maison il y a des violes, ils s’en serviront au lieu des parties qui leur manqueront et chanteront les autres. Les religieuses, bien qu’ordinairement elles manquent de taille et de basse, ne laisseront pas de chanter les mêmes psaumes à 2, à 3 et 4 parties : – À deux, le dessus se doit chanter à l’ordinaire et la basse en voix de haute-contre. – À trois, le dessus et la basse comme ci-devant et la taille en voix de dessus. – Et celles qui auront un concert de violes, joueront les parties dont elles ont besoin, et chanteront les autres ; il faut remarquer pourtant, qu’on peut chanter toutes les parties séparément avec la basse.

C’est sur ce principe décrit par de Gouy que Hervé Niquet adapte l’œuvre de Bouteiller. Composée en 1693, cette pièce a été écrite pour cinq voix mixtes, dessus, hautes-contre, tailles, basses-tailles et basses (ou basses-contre), accompagnées par la basse continue. Ici Hervé Niquet confie la ligne des dessus à deux haute-tailles, bouleversant ainsi le quintette vocal en lui donnant une couleur particulière. La partie de dessus bascule donc une octave plus bas pour se retrouver en seconde voix, laissant ainsi la place à une partie de supérius (à l’origine la partie des hautes-contre) que Hervé Niquet confie à quatre hautes-contre doublées par une petite basse de violon à 5 cordes. Par ailleurs, et comme l’usage le voulait souvent à l’époque baroque, les voix sont toutes doublées par un instrument. Ainsi on obtient le quintette suivant :

Hautes-contre (comme à l’origine) :
4 chanteurs et petite basse de violon à 5 cordes
Haute-tailles (dessus à l’origine) :
2 chanteurs et viole de gambe
Tailles (comme à l’origine) :
2 chanteurs et violoncelle
Basses-tailles (comme à l’origine)
2 chanteurs et violoncelle
Basses (comme à l’origine) :
2 chanteurs et basse de violon

Le même principe est appliqué dans le Stabat mater de Brossard mis à part certains récits solistes qui sont interprétés par les instrumentistes. Quant aux petites pièces qui viennent compléter l’office, elles sont extraites de plusieurs messes de Frémart, Hugard et Le Prince, et des Méditations pour le Carême de Charpentier. Ces pièces, composées à l’origine pour voix, sont restituées aux seuls instruments.

La disposition des effectifs vocaux et instrumentaux que l’on peut entendre dans ce concert est la suivante : une première rangée d’instrumentistes, située devant le chef d’orchestre, est placée en demi-cercle (petite basse de violon à 5 cordes, viole de gambe, violoncelle, violoncelle, basse de violon). Derrière elle se situent cinq groupes de chanteurs (quatre hautes-contre, deux hautes-tailles, deux tailles, deux basses-tailles et deux basses), chaque groupe étant associé à l’instrumentiste qui le double. Le continuo se situe de part et d’autre de cette disposition : à gauche l’orgue positif et à droite la basse d’archet (contrebasse). Cette disposition donne une couleur particulière à la masse harmonique, dense et grave, et renforce la profondeur de l’œuvre où les voix d’hommes offrent plusieurs contrastes entre versets polyphoniques et versets plus intimes à 2 ou 3 voix. Le Stabat mater de Brossard (daté du 31 mars 1702 et composé pour la maîtrise de la cathédrale de Meaux) tel qu’il vient conclure la messe, permet de parfaire la puissance expressive de l’office, par la richesse des harmonies mais également par la tonalité choisie, ut mineur, ton « obscur et triste » ainsi que Charpentier le décrivait dans l’« énergie des modes » extrait des Règles de composition de 1690.

L’écriture à cinq parties de cette Messe des morts est typiquement française et telle qu’on pouvait l’entendre dans les œuvres interprétées à la Chapelle Royale. Cette conception n’a d’ailleurs trouvé d’équivalent ni en Italie, ni en Allemagne, et disparaîtra dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

La Messe des morts s’inscrit dans la vaste production du répertoire des maîtrises de province à une époque où l’activité musicale était aussi intense qu’à la cour de France. La production de ce type de musique sacrée a existé depuis le début du règne de Louis xiv jusqu’à la Révolution française, parallèlement au motet français et se donnait régulièrement pour toutes sortes de cérémonies, ordinaires ou extraordinaires, aussi bien à la Chapelle Royale que dans les églises du royaume ou dans les institutions religieuses. L’activité des maîtres de chapelle était alors fort soutenue, ces derniers ayant en charge de composer régulièrement pour les offices à une époque où la tradition religieuse était suivie avec ferveur.

 

Fannie Vernaz

 

(1) La partition de la Messe des morts qui a servi pour ce concert a été publiée par les Éditions des Abbesses sous le titre : Bouteiller, Messe pour les Défunts à 5 voix (Paris, 2002).

Le Concert Spirituel, chœur et orchestre

A plus de 30 ans, Le Concert Spirituel est aujourd’hui l’un des plus prestigieux ensembles français, invité chaque année au Théâtre des Champs-Elysées, la Philharmonie de Paris et au Château de Versailles, ainsi que dans les plus grandes salles internationales. A l’origine de projets ambitieux et originaux depuis sa fondation en 1987 par Hervé Niquet, l’ensemble s’est spécialisé dans l’interprétation de la musique sacrée française et la redécouverte d’un patrimoine oublié.

Largement récompensé pour ses productions et enregistrements – Edison Award, Echo Klassik Award ou Grand Prix de l’Académie Charles Cros, Le Concert Spirituel enregistre exclusivement chez Alpha Classics (dernièrement la Messe solennelle de Berlioz).

Parmi ses projets pour 2020/2021, citons la création des Aventures du Baron de Münchhausen avec le Théâtre Impérial de Compiègne et l’Opéra de Massy ; la reprise de Don Quichotte chez la Duchesse de Boismortier à l’Opéra royal de Versailles ; notre résidence croisée CMBV/ Théâtre des Champs-Elysées avec Didon de Desmarest ; un nouveau programme autour des Coronation Anthems de Haendel en tournée européenne. Le Concert Spirituel est en résidence au Festival de Rocamadour.

Le Concert Spirituel est subventionné par le Ministère de la Culture (DRAC Ile-de-France) et la Ville de Paris. Le Concert Spirituel remercie les mécènes de son fonds de dotation, ainsi que les mécènes individuels de son « Carré des Muses ». Le Concert Spirituel bénéficie du soutien de ses Grands Mécènes : Mécénat Musical Société Générale et la Fondation Bru.

En savoir plus : site webfacebookyoutube  –  TwitterInstagram

Hervé Niquet, chef et fondateur

Tout à la fois claveciniste, organiste, pianiste, chanteur, compositeur, chef de chœur et chef d’orchestre, Hervé Niquet est l’une des personnalités musicales les plus inventives de ces dernières années, reconnu notamment comme un spécialiste éminent du répertoire français de l’ère baroque à Claude Debussy.

Postulant qu’il n’y a qu’une musique française sans aucune rupture tout au long des siècles, Hervé Niquet dirige les grands orchestres internationaux avec lesquels il explore les répertoires du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Son esprit pionnier dans la redécouverte des œuvres de cette période l’amène à participer à la création du Palazzetto Bru Zane – Centre de musique romantique française à Venise en 2009 avec lequel il mène à bien de nombreux projets.

Il collabore avec des metteurs en scène aux esthétiques aussi diverses que Mariame Clément, Georges Lavaudant, Gilles et Corinne Benizio (alias Shirley et Dino), Joachim Schloemer, Christoph Marthaler, Romeo Castellucci ou Christian Schiaretti.

En 2018, avec le disque Visions, Hervé Niquet et Véronique Gens ont reçu de nombreuses récompenses (élu Recording of the year 2018 par ICMA et Best Recording – solo recital 2018 par les International Opera Awards). En 2019, il reçoit le Prix d’honneur « Preis der Deutschen Schallplattenkritik » pour la qualité et le foisonnement de ses enregistrements.

Hervé Niquet est Commandeur des Arts et des Lettres et Chevalier de l’Ordre National du Mérite.

Partager