Conf. B > L’harmonie des contraires : une résolution dialectique

Philippe Choulet © DR

Présentation

L’harmonie des contraires : une résolution dialectique.
Architecture gothique et pensée aristotélicienne

Selon Erwin Panofsky (notamment Architecture gothique et pensée scolastique), bien des œuvres du Moyen-Age et de la Renaissance — et ce jusqu’à… la calandre de la Rolls Royce! — sont des héritages des principes de pensée de l’Antiquité (Platon, Aristote, Euclide, Galien, Vitruve…), et notamment à celui de résolution finale des contraires et des conflits… Nous vérifierons la puissance de la théorie aristotélicienne de la dialectique, qui inspire bien mieux que d’autres le mouvement créateur des architectes et des artistes en général, par son caractère régulateur. En quoi le désir d’harmonie des contraires finit par devenir aussi bien un fonds culturel commun qu’un idéal esthétique. Comme dit Wittgenstein, éthique et esthétique ne font qu’un.

 

Philippe Choulet, professeur honoraire de Philosophie

Philippe Choulet, Professeur honoraire de Philosophie à Strasbourg en Classes préparatoires (Lycée Fustel de Coulanges, Lycée Kléber), à la Faculté de Philosophie de Strasbourg, et Professeur d’Histoire de l’art et d’Histoire des Médias à l’Ecole Cohl, Lyon.

Publications :

  • Nietzsche, l’art et la vie (avec H. Nancy), Félin, 1996.
  • Méthodologie philosophique (avec J.-J. Wunenburger et D. Folscheid), P.U.F., 1992. Méthodologie philosophique, T. II, P.U.F., 2019.
  • Nietzsche, Généalogie de la morale (introd. et notes), GF, 1996.
  • La bonne École, I. Penser l’École dans la civilisation industrielle (avec Philippe Rivière). Institution scolaire et contenus de savoir dans la civilisation industrielle, Champ Vallon, 2000 & 2004.
  • La Passion, Ellipses, 2004.
  • Glenn Gould, L’idiot musical, Contrepoint et existence (avec A. Hirt), Kimé, 2006.
  • La Représentation, Atlande, 2020.
Partager