Conf. A > Johann Jacob Froberger – Denis Morrier

Denis Morrier © DR

Présentation

La littérature pour clavier du 17e siècle a été dominée par trois personnalités indissociables, pourtant issues de trois nations différentes : Girolamo Frescobaldi, Johann Jacob Froberger et Louis Couperin. L’Italien a été le père fondateur de ce répertoire, l’Allemand son disciple et l’ami du Français, ces ceux derniers s’écoutant, s’imitant, s’inspirant mutuellement pour élaborer chacun des esthétiques nouvelles.

Froberger était un voyageur infatigable mais aussi, et surtout, un « passeur » d’idées et de styles. De Vienne à Londres, de Rome à Paris, mais aussi à Ratisbonne, Dresde, Mayence, il n’avait de cesse d’assimiler et d’influencer, d’apprendre et d’enseigner. Nous vous invitons à découvrir le parcours singulier, dans une Europe dévastée par les calamités et déchirée par les guerres, de ce personnage fascinant, dont l’œuvre fondatrice a été érigée en modèle par les musiciens du siècle suivant, tel Johann Sebastian Bach.

 

 

Denis Morrier, musicologue

Denis Morrier, musicien et musicologue, est professeur de Culture Musicale au Conservatoire du Pays de Montbéliard et d’Analyse Musicale au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. Ses recherches portent principalement sur la musique vocale italienne du baroque naissant (Monteverdi, Gesualdo et Cavalli), l’opéra italien du XVIIIe siècle (Traetta, Haendel) et la danse ancienne. Ses ouvrages ont été publiés par Harmonia Mundi (Les trois visages de Monteverdi), Fayard (Gesualdo ; Chroniques musiciennes d’une Europe Baroque), la Philharmonie de Paris (Monteverdi et l’art de la rhétorique, 2015) et les éditions Bleu-Nuit (Monteverdi, 2017). Auteur de nombreux articles musicologiques (L’Avant-Scène Opéra, guides Fayard, encyclopédies Universalis, Larousse, etc), il compte aussi, depuis 1986, parmi les collaborateurs du magazine Diapason.

Partager