Carlo Gesualdo, La Légende Noire

La Guilde des Mercenaires © Diego Salamanca

Présentation

Texte de présentation à venir.

 

Distribution

Violaine Le Chenadec : soprano
Anaïs Bertrand : mezzo-soprano
Clément Debieuvre : ténor
Martial Pauliat : ténor
Renaud Bres : baryton-basse

Adrien Mabire : cornets et Direction
Benoît Tainturier  : cornets
Alexis Lahens : trombone
Arnaud Bretecher : trombone
Jérémie Papasergio : basson
Yoann Moulin : claviers

Récitant : NN

Programme

Carlo Gesualdo (1566-1613)*, La légende noir

Jean de Macque (1548-1614)
Capricio sopra re, fa, mi, sol 

Se la mia morte brami*
Beltà, poi che t’assenti*
Tu piangi, o Filli mia*

Luzzasco Luzzaschi (1545-1607)
Ricercar del primo tono 

Ardo per te, mio bene*
Quel « no » crudel que la mia speme ancise*
Volan quasi farfalle*

Gagliarde del principe di Venosa*

Al mio gioir il ciel si fa sereno*
Tu segui, o bella Clori*
Ancor che per amarti*
Quando ridente e bella*

Canzon Francese*

Mille volte il dì moro*
Chiaro risplender suole*
Ancide sol la morte*

Giovanni Maria Trabaci (1575-1647)
Durezze e Ligature 

Io pur respiro in così gran dolore*
Moro, lasso, al mio duolo*

Note d'intention

Cette création qui s’appuie sur le dernier livre de madrigaux de Carlo Gesualdo édité en 1611 et supervisé par Gesualdo lui-même, est une proposition des Rencontres Internationales de Musique Ancienne en Trégor, pour l’édition 2020 du Festival de Lanvellec.

Carlo Gesulado (1566-1613), Prince membre de la noblesse italienne, se distingue de fait par une production musicale n’ayant pas un but immédiatement lucratif.

Sa vie est si complexe qu’en faire un résumé serait difficile à entreprendre. Citons tout de même le meurtre de sa femme et de son amant, l’exil, les soupçons de meurtre de son deuxième enfant, son second mariage où il martyrisait sa femme… Toutefois, rappelons-le Gesulado est essentiellement… Musicien !

Gesualdo est considéré par les musiciens lui ayant succédé comme un modèle. Exact contemporain de Monteverdi, qui forgea le concept de « seconda pratica », Gesualdo est aussi considéré comme un des apôtres de la « musica moderna ». Pour autant, le style des deux compositeurs se distinguent par de nombreux points. Cette période est celle de nombreux bouleversements musicaux. On assiste à la naissance de nouvelles formes et techniques musicales. La polyphonie renaissance, par les maîtres reconnus (di Lasso, Palestrina, Willaert…) est pratiquée par tous les musiciens. Apparaît en ce virage entre la fin du 16e et le début du 17e  siècle la basse continue, la monodie accompagnée, la sonate instrumentale, l’opéra (!)…

Sur la fin de sa vie, Gesualdo semble faire écho à ces transformations, et publie son Sixième livre de madrigaux. Il souhaite respecter les traditions de la prima pratica, en les poussant au maximum de ses possibilités.  Les chromatismes permanents, les frottements incroyables, les modulations parfois à chaque mesure, montrent la volonté du Prince de pousser loin l’art de la polyphonie. Point de mélodie accompagnée comme Monteverdi le fera au même temps, mais bien l’exploitation maximale de l’harmonie.

Ce programme met en lumière la dissonance de façon radicale. L’apport des pièces instrumentales des contemporains de Gesualdo agrémente ce programme difficile à réaliser, et si plaisant à entreprendre. Dans la formation la plus répandue au seicento : voix et instruments à vents réunis. Les claviers complètent le tableau.

Adrien Mabire

La Guilde des Mercenaires

La Guilde des Mercenaires est un ensemble de musique ancienne constitués de plusieurs artistes réunis autour du cornettiste Adrien Mabire.
Originellement des organisations de solidarité, regroupant des hommes ayant des intérêts communs, l’ensemble prend ce nom de « Guilde » pour définir ces musiciens de plusieurs horizons mettant en commun leurs connaissances pour jouer la musique du 17e siècle.
Ayant la volonté de faire sonner au maximum de leurs possibilités les « hauts instruments », La Guilde des Mercenaires est composée de chanteurs à la voix timbrée, et aux instrumentistes vaillants.
L’ensemble s’attache à jouer la musique ancienne dans un résultat emballé et virtuose, entretenant l’héritage légué pas les musiciens de l’époque du Seicento, tout en prenant en compte les spécificités de notre temps.
Ses enregistrements ont étés salués par la critique, au niveau international. Le premier, consacré au compositeur Giovanni Bassano, le second autour de grands motets et de sonates virtuoses, le troisième autour des œuvres de jeunesse de Giovanni Gabrieli, est à paraître en 2020.

Basé en Bretagne, mais faisant appel aux artistes de toute l’Europe, La Guilde est constituée de musiciens formés dans les plus grandes écoles. Par la personnalité des musiciens qui la composent, La Guilde des Mercenaires s’impose dans le paysage de la musique ancienne comme un ensemble dynamique.

Adrien Mabire, cornets et Direction

Né au sein d’une famille musicienne vivant à Caen, Adrien Mabire suit un cursus classique en trompette moderne auprès de Stéphane Bellanger.
Attiré par la musique ancienne, sa rencontre avec Hervé Andéol le pousse à la découverte des instruments anciens à vents qu’il étudie avec Serge Delmas et Jean Tubéry (cornet à bouquin), Jean-François Madeuf (trompette naturelle) et Elsa Franck (flûte à bec).
Il participe pendant plusieurs années aux productions de différents ensembles tels que Artaserse (P. Jaroussky), Oltremontano (W. Becu), Ricercar Consort (P. Pierlot), Correspondances (S. Daucé), L’Orchestre des Champs Elysées, Collegium Vocale (P. Herreweghe), Anima Eterna (J. van Immersel), Le Poème Harmonique (V. Dumestre), Concerto Italiano (R. Alessandrini), Le Concert
Spirituel (H. Niquet)…
Pour sa discographie au sein de différents ensembles, notons Les Sacrae Symphoniae de Gabrieli avec Oltremontano, Le Ballet Royal de la Nuit avec Correspondances, Son of England avec Le Poème Harmonique, la Messe pour la naissance de Louis XIV avec le Galilei Consort, Benevolo avec le Concert spirituel…
En dehors de ses activités d’artiste, il enseigne le cornet à bouquin et la trompette baroque dans différentes académies et institutions internationales.

Partager